Chroniques

Juillet 2017
Un autre retour!

Le lendemain de l'écriture du précédent entrefilet , un quotidien national : le Figaro, titra :
Macron ou le retour de Saint Simon... et, plus loin, évoque le général Charles-Henri de Rouvray .
Outre la nécessaire mention des coquilles car ce personnage était de Rouvroy , comme chez nous, et que son grade de général est un peu flatteur, le Vermandois ne peut que se réjouir de son retour, En effet, Charles Henri, s'il est né à ,Paris, était absolument un fils du pays et de son village de Saint Simon . Descendant des Carolingiens, il savait qu'il possédait plus de quartiers de noblesse que les rois de France et avait vécu une jeunesse plutôt difficile dans une famille évincée de la cour depuis Louis XV avec des revenus étriqués provenant uniquement de fermages des terres du Vermandois. Il avait vu aussi dans son jeune âge le bouleversement économique consécutif à l'apparition du canal Crozat qui va projeter la région dans un nouveau monde .
Naturellement, il rejoindra la plupart des Picards dits révolutionnaires et prêchera un " Nouveau Catholicisme" , précuseur de la pensée sociale du 19ème siècle . Personnage considérable, bien plus important que Marx et d'autres, sa mémoire ne reste que par ses compagnons dits Saint Simoniens . Son occultation est , en large partie, le fait des penseurs anticapitalistes dits de gauche, des historiens marxistes, des philosophes athées et des physiocrates et libéraux dits de droite mais c'est absolument un fils du Vermandois.
Maigre satisfaction, mais satisfaction quand même, il est de retour !



Juillet 2017
Surprise , espoir et réalisme , ou le Vermandois approche !

De l'obscure noirceur d'une campagne qui a décontenancé plus de la moitié de la population et confirmé le poids des extrémistes dans le Vermandois, une étoile filante , venue de lointaines chambres noires des cabinets parisiens , a fini par tout balayer et accaparer . Est-ce bien la volonté du peuple ?
Le résultat cependant en est la preuve absolue et pour cinq années le gage .
Bien que les projecteurs se braquent sur les pas d'un couple présidentiel, jupitérien, people, photogénique, sans cravate ni faux plis , le Vermandois se réjouit du spectacle .
Et pourquoi ne pas espérer beaucoup d'une première dame dont le nom figure sur une noble devanture d'un magasin voisin de la basilique et d'un jeune Président d'origine picarde , bon élève d'un collège sérieux d'Amiens ?
Qu'il plaise à Dieu aussi de rappeler aux nouveaux élus que, si nul n'est prophète en son pays, c'est en aidant ses proches d'abord qu'on porte assistance au plus grand nombre charitablement .



Avril 2017

Le Vermandois , isolé en un océan d'immondices !

Continuellement et, dans toutes les officines médiatiques, ce ne fut, pendant ce semestre, qu'un déversement nauséeux . Par nature, en la matière , il y a de bonnes choses, souvent utiles, profitables mais le déclassement est d'ordre supérieur !
Mao l'avait bien dit que le pourrissement commence par la tête et non par les tripes.....
L'ennui, c'est qu'il obnubile, fait fuir, divaguer et génère des comportements lâches, craintifs et oublieux .
Quand ça pue, tout le monde commence par fermer les yeux alors qu'il faudrait, comme nos amis les bêtes, avoir plus de nez .
Le Vermandois, condamné au mutisme, n'avait eu à constater que le "brin parisien" . Pas joli, joli ... Que va-t-on devenir ?
Macron, fils dévoyé de Picardie avec ses allégeances à la folle finance et aux destructeurs des familles, n'apportait rien de mieux que les porte-paroles de la gauche, très rouge et traditionnelle . Ceux-là avaient encore un fort capital de sympathie par ici, comme la grande Zoa de la Marine . Elle avait du verbe et l'Europe ; en notre province, restait légitimement suspecte depuis l'affaire toujours visible des "réparations" .
Que dire de la droite, vilipendée, martyrisée, accusée comme des voleurs de prunes par des pilleurs de troncs ?
Tout devenait dramatique et haïssable au point que certains s'interrogeaient sur l'avenir même de la société : faillite ou guerre civile ?
Dans ce tohu bohu biblique, pourtant, se dévoilait aussi que le local reprenait de la hauteur comme il resurgissait aussi des pavés de Cayenne , des médias alternatifs, des petits villages et d'allo-voisin.com .



Septembre 2016

Du néant néantissime au rien absolu !

" !"

Le monde entier voit et entend maintenant, presque chaque jour, l'annonce de la découverte de nouveaux astres habitables . Les fusées décolent et reviennent se poser à la verticale sur leur pas de lancement. Le paludisme est éradiqué dans de nombreuses parties de l'univers. Les Jeux Olympiques sur un rythme de samba et salva ont été vus pas des milliards d'êtres humains. Les outils informatiques sont à la portée des adolescents partout et l'école va vers sa disparition comme les banques, les emplois d'ouvriers, les statuts de fonctionnaires, la crédibilité des politiques . Ainsi va notre monde où le Vermandois se noie de plus en plus . Le Maire de Saint Quentin, fort de son élection, a préféré Lille et ses beaux quartiers . L'agriculture a été sévèrement touchée par un été tardif et brûlant autant que par la politique d'abandon de la sagesse traditionnelle qui veut que l'on ne mette pas tous les oeufs dans le même panier . Le bilan n'était assurément pas bon et chacun peut déja apercevoir un pays déserté, vieilli et sans avenir . Est-ce la faute de ses habitants ? ou des institutions ? de la presse muselée ? du jacobinisme socialisant, des fonctionnaires parisiens ? Tous émargent dans ce désastre et pourtant chacun ressent plus que jamais que la raison est dans la relocalisation du pouvoir décisionnel, du droit de chacun à choisir ses amis, son destin et à retrouver ses valeurs traditionnelles. Loin d'être du passéisme rétrograde et de l'obscurantisme, la liberté, le travail et la responsabilité s'imposent plus que jamais comme les ferments de la seule croissance réaliste . Oui, l'homme est la mesure de toutes choses et les idéologies des fantasmes et des leurres . Beaucoup de tentatives cherchent à faire disparaître le Vermandois..... il est toujours là et les trois députés qui sont sensés le représenter savent maintenant qu'ils ne correspondent plus à un besoin et que leurs canditatures sont d'ores et déjà jugées comme des agissements de malfaiteurs .



OCTOBRE 2015

Où est le centenaire ?

" France pays de la honte !"

Partout l'Europe se remémore .
Elle le doit, quand partout la guerre refleurit, avec des armes minuscules mais modernes, et crée une panique considérable chez les citoyens comme chez les Chefs d'Etat qui errent entre Obama-l'indécis, Poutine-le Faucon et Hollande-la -girouette
On veut faire taire la gloire des héros du Vermandois . C'est tout juste, si un journal local, sur mauvais papier gratuit a rappelé le 100ème anniversaire du premier cimetière allemand-français-anglais , unique en son genre à Saint Quentin . La croyance dans une guerre humaine respectant la dignité absolue des combattants a existé.
C'était chez nous comme le rappelle ce petit entrefilet .
L'Europe a existé et ses soldats dorment côte à côte. Souvenons nous en !
Pourquoi en parler si peu ? Y a t'il sujet plus profond ?



avril 2015

A hue et à dia

" entre fronts et partis"

Les mois passés n'avaient apporté que déceptions, attritions, résignations comme si le lot de la désespérance était le mieux partagé maintenant . Tout juste si les élections avaient permis des illusions nouvelles . La clique énarcho- caviar- parigote et sans foi, au pouvoir, se trouve, dans sa capacité à perdurer , des raisons de poursuivre mille réformes sociétales parfaitement stupides et le pays se meurt économiquement et culturellement. On pourrait s'en désoler et pourtant chacun sent bien que les gens de souche se comprennent mieux et que le Vermandois renaîtra malgré tout .



Septembre 2014

Le Vermandois

" et une région improbable( suite)"

Changement de cap présenté comme le produit d'une réflexion profonde et fruit d'une décision prise en une coup de cuillère à pot, le Vermandois resterait picard et inséré dans une région commune Nord et Picardie ... C'est un peu mieux, mais s'il fallait noter les fonctionnaires et politiciens parisiens ... la note serait plus que médiocre . Quant au pays du Vermandois, on notera ici qu'aucune célébration ni commémoration n'a eu lieu ni pour les 1200 ans de la mort de Charlemagne, fils du pays , ni des 800 ans de Saint Louis, roi capétien , présent à l'inauguration de la basilique de Saint Quentin .
La commémoration du centenaire de la Grande guerre semble également réservée aux autres périmètres .

Aux oubliettes de l'histoire, on mettra aussi la Ministre de la Culture .., partie par amour avec un Ministre du Développement productif, dont aucune action positive n'a été ressentie sur le pays qui aurait plus être attribuées à ce couple glamour!



Juin 2014

Le Vermandois

" et une région improbable."

Ce début d'année , marquée par deux défaites cuisantes du gouvernement socialiste aux élections municipales et européennes, a atteint son apogée dans l'abscons et l'absurde avec son projet de collage des régions poour en réduire le nombre .
Ainsi, le Vermandois qui fut un des premièrs fiefs des Rois de France va se retoruver dans un camp de Bourguignons comme au temps de la bataille de Saint Quentin mais sans la Bourgogne, ni le Nord . Peut-on trouver une quelconque explication à ce choix ? Guère , hélas . Sur le plan économique et culturel, le Vermandois est d'abord nordiste puis d'Ile de France , comme le montrent suffisamment les fleuves qui naissent içi et les voies ferrées qui le traversent . Mais les fonctionnaires et politiciens sont capables de faire fi des évidences, aveuglés qu'ils sont par leur naissance de la cuisse de Jupiter . Heureusement que des consultations populaires, de temps à autres, obligent ces grands penseurs à se regarder dans la glace !



Janvier 2014

100 ans après

" et des espoirs de changement ?"

L'année 2014 constitue un anniversaire tragique pour le Vermandois , non par la date mais pour les cent années perdues où les habitants se sont trouvés moulinés, ereintés, abusés et meurtris par la France du sud, l'Europe et de multiples lobbys dont celui de la politique est chef de file des néfastes .
Heureusement que d'innombrables archives réapparaissent et que des vérités éclatent . L'Histoire racontée aux enfants des écoles et surtout celle dictée aux maîtres et aux professeurs d'Universités ne relate pas la vérité historique et les pays martyrs n'y sont pas évoqués . Les plaies sont pourtant béantes et les mémoires des citoyens oublient moins vites que les agences de presse officielles . Aussi tous les jeunes se passionnent pour l'histoire qu'on leur cache et les parents croient que leurs propres enfants font des crises de jeunesse ! Mais ce n'est pas le cas, leur révolte touche au travers des choix politiques et sociaux au profond de l'histoire et de leur patrimoine . Aussi les élections du début d'année 2014 risquent de faire tomber beaucoup de trônes et d'idées convenues malgré l'argent qui croit dominer le monde, malgré le penser correct, malgré les apparences du pouvoir et de la raison, malgré la propagande gouvernementale, malgré la laïcité que des penseurs stipendiés veulent placer au dessus de toutes les croyances et dans la seule chaire du parti au pouvoir . L'indice le plus évident n'est-il pas que la majorité des jeunes veulent une nouvelle constitution, voire une société rêvée d'écologie , voire l'expansion économique que les autres pays connaissent ? Pour eux, les frontières sont déjà mortes et les nationalismes, des stupidités ? Quoi qu'on en pense, la machine est lancée et nous aurons à voir et à connaître . Le Vermandois sera, lui, toujours là, berceau de nos joies et de nos peines , compagnon dévoué éternel et généreux !



Septembre 2013

La République Française coupable d'idiotie !

"Toute l'intelligence du monde est impuissante contre une idiotie à la mode."

Le petit pont de Jussy supprimé un petit matin sans que personne ne soit averti, vient d'obtenir l'explication de sa suppression par la République Française . Citoyen, d'où que vous soyez, écoutez bien !....
" Le pont de Jussy a été démoli par un bombardement durant la dernière guerre . Il a été remplacé en 1952 par une passerelle de halage démontée sur le site de Fargniers, pour les besoins du service ." C'est tout .. et n'importe quoi, en 1952, il y avait longtemps qu'il n'y avait plus de halage ... Une nécessité de service fluvial non plus ... On comprend que l'Administration cherche à couvrir les VNF qui elles aussi disent n'importe quoi ! Si un pont a été détruit à la dernière guerre, pourquoi avoir reconstruit une passerelle qui n'avait aucune utilité à cette date, puisqu'auncun engin mécanique ne pouvait même l'emprunter ?
Ceci confirme le scandale ! La puissance publique peut se croire obligé de protéger des destructeurs indélicats mais il n'en demeure pas moins que les gens du pays ont été léses . Ce pont n'avait pas d'utilité fluviale en 1952 , il a donc été posé pour une utilité reconnue aux riverains, passants, habitants de l'époque . Son passage était d'ailleurs ouvert à tous . Donc , les habitants non consultés ont été volés ! Les anciens du pays savaient d'ailleurs très bien que ce pont-passerelle avait été posé en 1918 ! Le fait qu'il ait été bombardé en 40/45 et qu'il y avait à Fargniers une passerelle identique constitue la seule véritable et crédible explication historique à sa présence jusqu'en 2012 ! Il y avait un droit imprescriptible et historique et l'agissement des VNF et de l'Etat constitue un fait lamentable !
Vous trouverez la lettre de la Préfecture en copîe dans la page du village de Jussy.





Chroniques
Juillet 2013

Remaniement-Renoncement



A Jussy, un pont construit par les troupes alliées a, en ce début d'année, disparu.... supprimé dit la pancarte !
Six mois après, la Préfecture est toujours en recherche d'une réponse formulable et audible !
De plus en plus, dans les presses étrangères, se diffusent des informations alarmantes sur le climat culturel et l'avenir de nos enfants en France . Le Vermandois ne s'en étonne guère car nos hautes instances ignorent quasiment tout de la dimension humaine ou font tout pour l'oublier . Cette misère se trouve , en cette année, encore plus aggravée par l'obstination diabolique du gouvernement actuel à tout figer, à faire taire, à faire barrage à toute aspiration populaire et à écarter tout besoin de vraie réforme . Et pourtant, de partout s'élèvent des gens en recherche de sens : des indignés, des courageux et même des volontaires au départ . Il n'est de richesse que d'hommes ! et la vérité se fait jour: La richesse est dans les gens du terrain et non chez les agrégés de philosophie qui asservissent notre représentation nationale !



Mars 2013

De l'amnésie à l'errance !



A Jussy, un pont construit par les troupes alliées a, en ce début d'année, disparu.... supprimé dit la pancarte !
Il ne faisait de tort à personne .
Mais il y a en France une catégorie de gens qui a le pouvoir de la nuisance . Ce ne sont pas, malgré les diplômes et des titres, des gens de respect et de conscience . Surtout, le petit réglement est, pour eux, parole d'évangile et l'histoire, les avis des citoyens, la recherche et le respect ne sont que billevesées par rapport à leur pouvoir discrétionnaire. Un pont a donc disparu , en acier américain, dernier témoin de la grande guerre .
Ceux qui ont fait ça ne méritent que des quolibets et du mépris .
Sans doute, ne se rendent-ils pas compte aussi que l'errance de notre société, le désarroi des jeunes, l'absence d'esprit d'entreprise, de volonté d'investir, de foi en l'avenir, sont les fruits calamiteux de leurs agissements irresponsables . Quand on tue la démocratie, en ne consultant personne, quand on s'arroge des droits au travers du prisme réducteur de règlements d'enfants de 10 ans, on ne va pas dans le bon sens . La blessure du pays ne se compte pas en sang versé mais il y a blessure quand même et la déchirure avec son lot de ressentiments et de dégoût suivra hélas !
Amnésie, ignorance et errance ..... Rien de bon pour l'enfance de France....



Janvier 2013

Des pères et mères



Au lendemain de l'Epiphanie, un de nos villages a célébré les funérailles d'un jeune de 29 ans qui s'est suicidé .
Notre contrée, oubliée, meurtrie et outragée perd un enfant .
Il ne fut pas fait mystère qu'il était homosexuel et n'a pas pu supporter, comme on dit, le "regard des autres " .
Il n'appartient à personne de juger : ni le jeune, ni les parents, ni la société, car c'est bien l'humanité qui est en cause et non pas celle de l'univers mais celle de notre voisinage !
Derrière les grands cris des politiciens et aboyeurs d'idéologie, des chantres de l'amour, de la liberté et des lendemains glorieux, la réflexion, à l'échelle de nos villages, de nos rapports humains directs, s'impose .
Que pèsent les lois ?
A quoi servent toutes nos Institutions, si l'avenir offert est une impasse , économique, culturelle, humaine ?
A quoi sert l'Education Nationale si elle ne donne pas aux enfants la compréhension de leur corps personnel et du corps social ?
Dans quel cadre de vie est-il préférable de vivre : l'uniformité obéissante , le consensus, le libéralisme ou le socialisme ?
Ce décès est un vif appel à la réflexion sur le sens de la vie et le rôle de l'homme sur terre, en Vermandois, aujourd'hui .



Fin décembre 2012

Du fond de l'abime, je crie vers toi, Vermandois !



Le tohu-bohu, les couacs, les mensonges de communicants , les statistiques faussées , rien n'était épargné aux Français pris pour des demeurés débiles . Comme en un temps pas si lointain, on croyait que lutter contre le mur de l'argent suffirait au bonheur du peuple, avec quelques chansons en plus et les fifrelins d'un mariage pour tous !
Les réalités étaient bien au delà des incantations de chamanes, détenteurs de supposées potions magiques marxistes . Derrière le spectacle grotesque de nos dirigeants, livré en direct au reste du monde goguenard, le Vermandois continuait à souffrir mais trouvait toujours dans son sol , dans ses forêts, dans son emplacement unique, dans ses hommes, ses ressources vitales .
La seule question restait depuis toujours, pouvait-il continuer encore à payer plus qu'à sa due proportion ? Plus que jamais la corde allait casser , d'une manière ou d'une autre !
2013 apportera nécessairement ce tournant : soit pas un changement radical de la manière de parler , soit de celle de faire et , au mieux, des deux à la fois .
Plus que jamais ,l'honneur et la reconnaissance devaient être rendus et pour celà la pâte feuilletée de notre administrations se doit d'être en tête des réformes .
Puisse la raison enfin triompher et le Vermandois véritable retrouver son souffle !
En attendant, bonnes fêtes à tous et que chacun garde espoir, optimisme et confiance en soi !





11 novembre 2012

Soeur anne , ne vois-tu rien venir ?



Le teneur de plume vous doit, chers lecteurs, des excuses pour son silence prolongé . Il a , pour sa décharge, le sentiment de chacun ici et ailleurs d'une prodigieuse confusion .
Personne au cours de la campagne présidentielle, personne , non plus, aux législatives n'a abordé les vrais problèmes du pays . On s'étonne maintenant de découvrir que tout n'était que poudre aux yeux
Le Vermandois se meurt et ses propres habitants se voilent la face ou misent sur des bonimenteurs qui promettent la lune !
Les solutions sont pourtant simples : redonner des libertés aux producteurs de ce pays fondamentalment riche, replacer les investissements dans un horizon européen et non pas de la nation étriquée qu'est devenue la France ! Si les gens riches trouvent refuge dans un pays voisin tout proche , pourquoi les faire fuir ? Pourquoi tous les fonctionnaires continuent de passer ou sévir içi comme des comètes , jamais plus de trois ans de suite ? Pourquoi les partis nationaux ne font rien et laissent le champ libre aux extrémistes ?
En ignorant l'histoire, les spécificités du pays et des gens , les mesures ne sont que de l'administration sans coeur ni cervelle .
Alors que déjà point l'afflux touristique des Anglais pour rendre hommage à leus anciens, rien n'est fait par les collectivités locales françaises . Comme toute initiative est bannie par un gauche jacobine et totalitaire, la stérilisation est partout .
Vermandois.com a le coeur qui saigne !
Espérons que l'adage se confirmera qui affirme que de chaque mal peut sortir un bien !





20 décembre 2011

La crise de la dette
Hommage aux Vermandoises


Les travaux d'extension du grand canal du nord traversent une part du Vermandois . On peut être opposé à ce type de chantier et déplorer que les recherches archéologiques ne soient faites qu'avant les destructions complètes des sites mais il faut reconnaître que les fouilles abusivement intitulées "préventives" donnent parfois de bonnes nouvelles . Ainsi, Vermandois.com est heureux d'informer ses lecteurs de la découverte de la plus ancienne femme connue du pays !
Evidemment , c'est une représentation symbolique !
Mais n'est-ce pas le langage de l' homo sapiens . Le fait qu'il existe d'autres statuettes de ce genre un peu partout dans l'univers ne réduit pas l'intérêt d'une telle découverte !
Il démontre plutôt que notre région est bien au coeur du monde et que, malgré les conflits qui ont effacé le passé, chaque pierre et chaque pouce du territoire porte ici le message d'espoir de l'humanité entière.



3 décembre 2011

La crise de la dette
L'année de vérité


Spéculation des nantis, les bonus toujours pour les mêmes, haro sur les banques !
Pourtant de Carybde en Sylla, du Cac 40 en décrépitude aux solennelles affirmations des politiques que la Gauche saura faire et que la Droite est la cause ; une lente évidence est sortie du puit tout au long de cette année... comme la vérité, au visage si humble : les citoyens, les communes, les cantons, les départements, les Provinces, l'Etat français et beaucoup de ses soeurs européennes sont en surendettement !
Pour ceux qui connaissent un peu le problème, la situation n'a rien de réjouissante car , non seulement elle est très difficile à surmonter mais surtout elle laisse un sentiment amer de tromperie collective .
Dans les escroqueries pourtant, tout est simple . On promêt ! On parade ! On polémique ! On parle de progrès et on oublie la patience et le partage !
Le Vermandois aurait encore à souffrir cruellement pendant des decennies la gabegie, la corruption et l'imprudence des dirigeants à tous les niveaux . L'historien ne peut guère s'étonner d'un pareil cul de sac !.
En ayant oublié qu'un pays n'avance que par le travail et l'économie, chacun va devoir payer plus cher : à la dette s'ajoute maintenant des intérêts ! . Certains gentils prophètes (dits alternatifs) clâment que les agios ne sont pas dûs par le peuple . A ce problème éthique, souvent évoqué , les chinois viennent de donner une réponse cinglante : vous êtes des fainéants !
Leur avis mérite réflexion car, sortis d'un codicille communiste, ils expriment clairement que les dettes sont dûes en capital et intérêt et que l'insolvabilité est une indignité !
Le bilan est donc clair.
Les manipulateurs, menteurs et corrompus , les soi-disant "investisseurs" avec l'argent des autres, les fonctionnaires conseilleurs et non payeurs , sont appelés à poser leurs tabliers s'ils ne veulent pas être accusés de la faillite et rendus responsables !
Le Vermandois sait déjà que le problème est dans les têtes, dans la culture et le savoir-vivre plus que dans le porte monnaie et le compte en banque : il faut remettre en place les valeurs agrariennes, entrepreneuriales, familiales, régionales et les solidarités historiques et la democratie locale . L'économie suivra toujours !
Que l'Etat centralisateur soit rapetissé, la fonction publique réduite et les services abusiment déclarés publics délégués à la base et non aux élites; de toutes ces attritions, le citoyen et les régions naturelles ne pourront que se réjouir !





3 janvier 2011

Nouvelle année
Nouveaux espoirs !



Une nouvelle année, c'est pour le commun des mortels une année de plus ! Qu'il faut se souhaiter à tous, heureuse et positive !
Utile venait de dire un haut placé à Paris !

Dans les coulisses des médias , une rumeur laissait apparaître que le principal parti d'opposition comptait dans ses éléphants un réformiste des 35 heures !
Nouvelle proprement stupéfiante dans une France transie, où les réformes étaient tabous par principe et essence même ! ....
Et pourtant, combien faut-il encore de réformes pour redonner de l'espérance dans notre région bien mal embarquée !

Dynamiser notre agriculture en freinant son corporatisme pourtant interdit dans la constitution de la République
Redonner du profit aux entrepreneurs en les aidant vraiment et non en leur cassant les reins ;
Orienter les jeunes vers le sens du travail, de la culture et du partage plus que vers les soi-disant diplômes qui stérilisent et corporatisent;
Ramener toutes les Administrations vers le vrai sens du service;
Redonner aux régions naturelles des moyens de gestion et d'expression ;
Rappeler que l'histoire n'est pas une honte mais l'honneur d'être là ;
Faire que la démocratie ne soit plus le terrain d'une corruption scandaleuse qui déconsidère notre pays;
Replacer le Vermandois dans son contexte européen, où se situe son seul vrai avenir;
Rendre la justice plus proche, accessible et efficace;
Espérer, croire et agir sans cesse !

Recevez , chers concitoyens du Vermandois, le souhait d'une bonne année de la part de Vermandois.com.



17 Octobre 2010

La Fin des Réparations
Vermandois, où va ton savoir-faire ?
Une mascarade de Justice .


Sous un ciel chargé de nuages , une population colorée, grisonnante d'un côté et boutonneuse de l'autre avec peu de femmes au milieu et encore moins de vrais travailleurs déambule pour obtenir une véritable réforme des conditions de vie.... en la refusant .
Ubu et l'absurde anarchisme criait fort partout .
Sur le périmètre du Vermandois, le tohu-bohu semblait moindre .
Tout ici était en ruines !
Dans cet univers de pierres meurtries , d'entreprises hagardes et de juges débousollés, la nouvelle du 17 octobre passa totalement inaperçue : l'Allemagne venait de régler la dernière échéance des Réparations de 14-18 .
Comme l'Etat Français n'avait jamais été à la hauteur de son devoir vis à vis des gens d'ici et se montra diplomatiquement inefficace, le Vermandois n'avait rien reçu pour se rebâtir depuis des lustres et ne pouvait plus espérer pour l'avenir d'aide de personne ! Les derniers versements , évidemment , ont été versés à d'autres !
Seuls son courage et sa détermination pourraient replacer son territoire à sa place au sein des provinces et pays d'Europe d'avant le cataclysme de la première guerre mondiale .
Le tocsin pouvait carillonner .
Pays meurtri, victime expiatoire, Jerusalem détruite !
Pourtant la géographie, la nature et les hommes sont toujours là et l'espoir peut renaître !

Si une page d'histoire venait de se tourner, une autre continuait belle et bien avec ses lettres funestes et honteuses. Les Tribunaux de Commerce poursuivaient l'étouffement dans l'oeuf de la moindre initiative . Sans relater toutes les péripéties récentes d'une entreprise de Chauny employant près de 36 personnes, Vermandois.com doit divulguer que le Tribunal , alors qu'un plan de reprise avait été sagement élaboré, que les contrats donnaient de bonnes perspectives de rentabilité, surtout qu'un entrepreneur s'engageait, est venu ajouter, à la dernière audience, des frais de procédures sans aucun préavis tels que toute la construction financière était à revoir . L'entrepreneur devant ce coup de Jarnac et malgré son engagement personnel n'a pas voulu répondre à cette demande de dernière minute, inattendue et importante . Avait-il même les moyens de vérifier la note présentée ?
L'absence de réponse sur ces frais de justice représentant, sommes toutes, une part infime du projet a entraîné la liquidation judiciaire, à l'audience même, sans laisser une minute de réflexion à l'entrepreneur !
La soi-disante Justice pour assurer le privilège de ses droits financiers essentiellement constitués des émoluments des membres du Tribunal,de l'administrateur judiciaire et de frais administratifs, était bien capable de jeter des travailleurs à la rue
Mais qui osera dire que les membres de ces tribunaux sont des privilégiés souvent intéressés et parfaitement indifférents aux besoins des habitants et des régions ?
La justice royale était-elle pire ? Pas sûr !



Mars 2010

Les élections régionales
Nulle part, à aucun moment, les porte-parole des listes candidates n'avaient eu une considération pour les réalités de la région et de ses habitants ; les misères même avaient été décrites en termes idéologiques et sans objectivité . Le Vermandois comme ses consoeurs et voisines pouvaient trouver la pilule amère . On bafouait , par ces amnésies , pas que l'histoire mais tout un héritage de culture et de savoir être . La politique sentait le sapin ! Les générations futures sentaient bien l'inéluctable déchéance de notre système dit républicain et préféraient ne pas s'allier et se salir les mains avec des corps proches de la décomposition. Cette fracture sociale n'annoncait rien de bien particulier car une société ne vit pas que de pain et il semblait de plus en plus évident que seuls les stipendiés et favorisés ou croyant l'être votaient . Les autres savaient de manière infuse que leur salut ne pouvait pas venir du systême . Il fallait voir ailleurs ! Cette sage intuition donnait un sens plein et des résultats prodigieux à l'Internet et à ses réseaux déviants. Derrière l'outil , les statistiques montrent aussi que ce que les gens recherchent sur les nouveaux médias n'avait qu'un lointain rapport avec les arguties politiques . Le virtuel n'était-il pas en passe de réduire l'orgueil du langage creux du politique, plus irréaliste encore et sordidement intéressé que les vaniteux d'autrefois !



Chroniques
Février 2010

Les élections régionales
au chevet des funérailles de l'identité nationale .


Curieuse époque que celle où nous vivons !
Alors que la région est déja vouée à mourir sur l'autel de la réforme des Collectivités locales, le grand débat sur l'identité nationale, dont un chapître antérieur de cette chronique ne donnait pas cher de la peau, filait en quenouilles et annonçait sa clôture.
Que reste-t-il donc de tangible ?
Un Etat ? Certes, mais bien raccorni par l'Europe, les multinationales et la crise mondiale .
Des communes ? Hélas non, car la démocratie y était toujours et encore un artifice sans feu ni adhésion sincère .
Une région Picardie ? Les premiers thêmes de campagne montrent clairement que cette dimension n'aurait aucune place dans les slogans et les politiques des partis engagés .
Oserons nous penser que le Vermandois allait retrouver des couleurs ?
Il n'avait pourtant rien à craindre des rancoeurs des nationalistes, régionalistes, anti communautaristes, éologistes ,progressistes ni même de chasse et tradition .
Sa géographie, son histoire, ses habitants sont là , malgré les vagues vaguelettes incertaines et dérisoires des montages politiques contemporains .
Il n'a pas à chercher son identité, elle est marquée sur son sol, dans toutes ses pierres et dans les mémoires .



Janvier 2010

Des voeux
et des sous .


Au chapitre des usages millénaires, la formulation des voeux annuels est un exercice aussi routinier et usé que la lustrine du fonctionnaire . Pourtant, c'est le retour aux vrais sentiments qui , d'année en année, donne sens au pensum et justifie l'obligation morale. Pour s'exprimer valablement à ses congénères, un examen humble et sincère plaçant le coeur et les sentiments au dessus desconvenances et hiérarchies sociales précède nécessairement les travaux de plumes .
Telle est certainement la finalité de ce rituel tellement étrange pour nos jeunes élevés au lait du joystick et de facebook !
Pour les plus anciens,le cérémonial prend chaque année plus d'intensité et nombreux sont ceux, à l'aube de 2010, qui retrouvent le ton de l'affection et de l'empathie du fait de la "crise ", ce phénix à éclipse qui n'en finit pas de renaître.
La dimension économique n'est pas la moindre dans nos vies et ce qui se compte avec des sous est pour beaucoup dans la possibilité de partage , dans l'espérance concrète et dans l'assistance aux autres.
L'année 2010 sera ainsi , comme toutes les autres, un révélateur de nos potentialités de don et d'amour .
Cet enjeu, les français qui se complaisent largement dans le dénigrement, l'amnésie, l'hypocrisie et le déni permanent de la démocratie auront à le surmonter avec, en plus, de petits problèmes de fin de mois, de paiement des retraites et même de remboursement de ses dettes .
La situation n'est pas bonne et Vermandois.Com ne peut que dire qu'il faudra faire de " mauvaise fortune bon coeur " et faire montre de résolution positive .
Cette rubrique se doit d'ajouter à ce souhait que l'absence d'une structure intermédiaire sociale comme peuvent l'être les régions à long passé et à forte histoire, affaiblit la confiance de chacun dans sa propre collectivité .
Comment croire en la fraternité, si on oublie l'existence de sa famille et de son patrimoine ?
Comment nos ancêtres ont-ils surmonté des périodes bien plus noires que celle-ci ? Où se trouve le ressort de la reprise ?
Pour nous ici bas, l'Etat Français a des airs de vieille lune en son denier quartier.
D'où viendra donc la lumière pour nos aurores de printemps ?







Chroniques
Novembre 2009

L'Identité Nationale
L'Europe, le Vermandois et moi et moi et moi.


Au milieu du gué d'une crise profonde de valeurs et d'impécuniosité, les grands qui gouvernent et lancent, comme aux jours des feux d'artifices , des soleils et des comètes de toutes les couleurs pour aveugler la foule ébahie, trouvèrent amusant d'amorcer sur le devant de la scène une réflexion sur un sujet largement oublié voire amnésié: l'identité nationale.
Où étaient donc passer les Français, puisqu'il n'y avait plus de sou en caisse et que personne ne s'empressait vers les guichets du grand emprunt ?
Ces Français, ne traverseraient-ils pas une crise d'identité ?
Nulle part, ils ne répondaient présent à l'appel ?, cela était bien étrange !
Il est vrai que depuis des lustres, le Français était celui qui avait des droits et des avantages acquis et des niches fiscales pour ses chiens . Celui qui se sentait responsable de payer des impôts se voyait vite vilipendé, ostracisé et réduit à l'exode !
Il fallait donc s'interroger : Qui était ce trompe l'oeil qui se disait français ?
Difficile à dire ! Même le citoyen qui aimait sa région voyait le désastre d'une administration centrale qui détruisait toute l'histoire, le patrimoine et s'employait à infantiliser le bon peuple. Donnait-il au moins du travail ?
Point nenni !, mis à part quelques emplois sous qualifiés dans les mairies et des jobs de fonctionnaires ou de postiers.
Ceux qui se croiront obligés de défendre ces honorables professions, voudront bien regarder par la fenêtre pour voir comment tous les autres citoyens sont vêtus et le travail qu'ils doivent fournir pour simplement s'habiller alors qu'eux ont des beaux costumes bien empesés .
Au delà, peut-on aimer son Préfet et son Procureur de la République ? Aimer son député ?
Se sentir concerné par la politique ?
IL valait infiniment mieux, lire des BD, voir des films, et s'évader que de réfléchir à notre identité nationale.
Notre Président venait de dire récemment, lors d'une visite d'amélioration de sa cote de popularité, qu'il aimait la terre .
Aussitôt, toute la presse et nos intellectuels crièrent au loup: il fait du communautarisme pro paysan !
Il veut monter les Français les uns contre les autres ! En France, on ne peut pas aimer la terre à moins d'être un possédant ou un possédé.
Dans ce débat, le vieux Vermandois souriait paisiblement. Dans le maëlstrom des idées , aller savoir si dans le miroir, le Vermandois et d'autres pays n'allaient pas retrouver leurs bonnes figures .
On ne peut, en effet, aimer son pays sans se voir au travers de lui même !
Pour se reconnaître français, ne suffisait-il pas pour tous les habitants du Vermandois d'aimer son pays profond : la France profonde : la terre, les paysages, son environnement et ses locataires temporaires que nous sommes avec la charge de le transmettre , beau et accueillant à nos enfants !
Ces simples considérations sur la racine de nos racines suffisent à donner du sens à des vies d'homme, soucieux des valeurs universelles que portent notre société bi millénaire.
L'identité nationale ne commence-t-elle pas et ne finit-elle pas par la prise de conscience des devoirs issus de la terre et de la nature et que ceux-ci s'élèvent des individus, familles , pays jusqu'à la nation ?.
Dans ce débat aussi, le Vermandois avait sa place !







Chroniques
Février 2009

Le redécoupage
Le Vermandois et la commission Balladur


Depuis la Révolution Française, les découpages politiques se succèdent et résultent immanquablement de calculs électoraux viciés et spécieux avec l'apparence de la démocratie et, au final, les pires atteintes à l'environnement, aux usages et aux habitants .
Ainsi les limites actuelles de la région picarde ne sont pas conformes ni à l'histoire, ni à la géographie, ni aux cultures des habitants . Le problème, certes, n'est pas nouveau puisque, lors de la Guerre des Gaules, César dit bien que les Viromandues combattirent contre les Atrébates et les Rèmes, tribus alliées aux Romains . . Evoquer les histoires anciennes suscite immédiatement les indignations des fonctionnaires et politologues progressistes d'aujourd'hui. Pourtant, depuis que ceux-ci gouvernent, par le pouvoir du penser correct ,le sentiment d'une appartenance au département et à la région n'est pas apparu dans le coeur des citoyens de nos terroirs . Les Saint-Quentionois continuent de parler cette langue d'oil incomprise à Compiègne et Laon siège avec ces fonctionnaires sur un plateau lunaire comme le Conseil régional à Amiens . La ligne principale de train file au travers de la région sans d'autre contact qu'une gare au milieu de champs de betteraves et d'éoliennes et celle qui devrait constituer l'épine dorsale de la région est la plus deshéritée et déserte. Le résultat de deux siècles de gestion administrative et politicienne se résume en un affaiblissment économique, culturel et patriotique . Ceçi est si affligeant que la commission chargée de réfléchir à une nième réforme voit comme une solution intelligente la suppression pure et simple de la région picarde ....
Nous ne féliciterons pas les politiciens locaux qui, par leurs incompétence et stupidité, ont réduit une collectivité territoriale à un torchon à découper. Pourtant, le besoin de réforme existe car les réalités demeurent obstinées et irréductibles . Plusieurs pays rattachés à la région picarde n'avaient pas à l'être.
Surtout, pourquoi oublier systématiquement la culture et des données sociologiques ?
Dans la réflexion qui devrait servir à un redécoupage harmonieux, le défenseur du Vermandois comme entité historique, géographique et culturelle ne peut que prôner un retour aux vraies valeurs et non aux calculs kilométriques, comptables et de seule démographie. On ne fait pas un pays avec des frontières . Il se fait depuis toujours en regardant le paysage et les habitants. Le Vermandois a été un comté pair de France, terre d'empire, domaine royal, au centre des plus grandes guerres du monde . Ses habitants ont droit à une certaine reconnaissance.Ils n'attendent pas que celle-çi vienne d'un département, ou d'une région. Elle doit venir de la France et de l'Europe . Il faut se placer dans cette dimension pour donner un sens à des collectivités territoriales quels que soient les strates où l'on veut placer les administrations. Laisser le Vermandois dans l'Aisne pour les rattacher, tous les deux, à cet hybride insensé Champagne-Ardennes , alors que l'Aisne héberge Soissons, Laon , Coucy le Château, le Veramndois ! voilà bien un pillage inacceptable et absurde . Même l'économie n'y trouvera pas son compte ! Au niveau des réflexions , pourquoi ne pas consulter les habitants par régions historiques: c'est-à-dire par pluralité de cantons correspondant aux "pays" traditionnels par référendum pour leur demander de choisir entre les futures régions d'appartenance ? Ces consultations devraient se faire progressivement dans toutes les régions vouées à la disparition, des pays limitrophes vers les pays centraux , en un calendrier rapide de manière à ce que chaque pays exprime son choix . Le Vermandois pour peu qu'il soit reconnu en tant que tel a un avis à donner et l'Europe lui en saura gré .
Veut-il rester picard, s'aggréger à la région Nord ou à l'Ile de France ?
Ces trois éventualités ne seront que des tribulations dans l'histoire qui en a connu d'autre .
L'hypothèse d'un rattachement à Champagne-Ardennes voulu par la population s'avère de prime abord fort improbable. La bonne gouvernance nous semble passer par une telle consultation : consultation des résidents par "pays traditionnels" .
Ce référendum peut aussi être l'occasion de consulter les habitants à double niveau dans le cadre des villages ou cantons pour demander:
a) quel pays traditionnel vous semble vous représenter le mieux ? : un à plusieurs choix
b) ce pays d'appartenance doit-il faire partie de la Région X ou Y ou Z ( ordre de préférence ). A l'heure des moyens modernes de communciation , une telle consultation faite sous l'égide des services du Ministère de la Culture et de la Communication ne serait pas chère et donnerait une réponse démocratique et éclairante aux grands penseurs politicards de nos grands ministères . Il résoudrait simplement un débat malodorant qui pollue nos grands médias et la politique.







Octobre 2008

Où que se porte le regard maintenant, l'horizon est crucifié par de monstrueuses machines à vent si nombreuses que notre petite région est sans doute devenue la plus forte concentration européenne de poteaux et d'hélices de ce type. Les habitants commencent seulement à se rendre compte de l'énorme dégradation environnementale et de l'atteinte au psychisme . Nos voisins européens qui nous ont largement précédés dans ces réalisations n'auraient pas fait pire que nous... Ils se sont bien gardés eux de les placer au milieu de la plaine et derrière des basiliques qui dominent le paysage . Le résultat est infiniment triste . Au plan économique, hélas aussi car les communes sont les plus grandes stérilisatrices en matière de dynamisme industriel et commercial . Certes, on sait que les précédents moulins à vent qui écrasaient les blés et produisaient la farine de notre pain quotidien ont totalement disparu, historiquement en peu d'années . Les vilaines éoliennes suivront le même sort car déjà leur vue nous insupporte et nous blesse. L'électricité produite s'avère déjà totalement inutile puisque le changement des ampoules va rendre superflu toute cette production .







Mars 2008

Sur les terres du Vermandois, le premier trimestre de l'année remémorant les 90 ans de la plus grande bataille de l'histoire qui se déroula sur son sol, donnait l'impression d'une indifférence totale envers une crise financière mondiale qui se déroulait loin et en résultat de mécanismes complexes que personne ici ne comprenait vraiment . On continuait à bâtir inconsidérément et à pomper dans les ressources des collectivités locales, comme si de rien n'était . Seuls les agriculteurs chez qui l'épizootie de langues bleues incitait à la prudence, continuaient à montrer une mauvaise humeur corporatiste . Il est vrai que toutes les forces avaient été mobilisées par les élections municipales. Si le pays avait constaté avec satisfaction la bonne réussite de l'un de ses enfants d'adoption qui, de Saint Quentin avait grimpé jusqu'à Paris, au rang de Ministre et au niveau le plus noble car le plus périlleux : celui de Ministre du Travail et des Relations sociales, il devait maintenant saluer en Xavier Bertrand un lutteur pugnace et résolu qui dans une campagne dont tout le monde savait qu'elle serait difficile, avait fait mieux que les autres . Bien que souvent d'allure effacée et modeste, il venait de prendre une dimension indiscutable . Cette dimension historique justifie son entrée dans le site de Vermandois.com .Pour voir la page de Xavier Bertrand dans les personnalités de l'histoire
Pour toutes les autres campagnes du Vermandois, il serait vain de vouloir résumer le lot de combats, intrigues, chausses trappes, fausses allégations et vraies rumeurs, combinaisons multiples, lâchetés et lynchages qui dessinent les arrières plans de ces scrutins . A cet arsenal, le bon peuple avait répondu par une forte indifférence et par une volonté de sanctionner, sans pour autant renvoyer les caciques et manipulateurs qui asservissent sinon le pays, du moins la majeure partie du pactole local.









Décembre 2007

L'espace de temps séparant les dernières chroniques se trouve correspondre à une période de grand battage médiatique du nouveau Président des français.
Ce ne fut pas qu'une source d'émerveillement ou d'étonnement mais , indiscutablement, la politique reprenait le dessus et les remises en question redevenaient, ce qu'elles doivent toujours être, notre pain quotidien .
Le Vermandois n'avait plus guère de place pour s'exprimer sur la scène. Le rôle occupé par notre concitoyen : Xavier Bertrand, dans les étranges lucarnes et dans les séances paritaires avec les syndicats imposait de la retenue dans toutes les tribunes et notre région collaborait aussi , par son attention silencieuse, à une indiscutable marche en avant . Pour autant, les habitants du Vermandois ne peuvent guère demeurer longtemps muets et placides . L'économie vacillait de plus en plus. Les abus de certaines structures publiques contribuaient au malaise du citoyen . Le positionnement dans l'opposition systématique des députés de la région rajoutait de la frustration à des inquiétudes légitimes. Si encore le Grenelle de l'Environnement avait donné à M Borloo, notre estimé voisin, l'occasion de reprendre sérieusement en main les dégradations environnementales plus criardes ici que partout ailleurs ! Dans ce domaine aussi, il y avait loin de la coupe aux lèvres et l'opinion publique locale n'avait pas encore le moyen de claironner ses déceptions et mécontentements . Le temps de Noël prolongeant les fêtes des lumières celtiques et juives remettait à l'ordre du jour le "mehr Licht" de Goethe et les espoirs de tous les penseurs du XVIII ème siècle. Il faut souhaiter plus de clarté dans tous nos rapports sociaux et dans nos relations économiques et commerciales . Le frein véritable au développement du Vermandois n'est pas dans ses hommes mais bien dans l'obscurantisme, l'illettrisme et le fatalisme . La longue histoire du Vermandois montre que son peuple a su agir avec sagesse et parfois réagir avec force . Remercions donc nos aînés disparus cette année et continuons à oeuvrer pour plus de démocratie dans ce pays martyr .
L'année prochaine devait pouvoir redonner du grain à moudre aux utiles débats de société. Les élections municipales ne sont-elles pas le premier degré du "droit d'expression des peuples " comme aimait à dire Charles de Gaulle ?







Chroniques
Mai 2007

Le choix d'un pays situé au centre de l'Europe

Toujours morcelé entre trois départements, le Vermandois n'a toujours par voix au chapitre de la politique et pourtant le ventriloque s'était exprimé avec clarté. L'Aisne avait basculé. La région aussi . Indéniablement les électeurs d'ici avaient viré, fuit les extrêmes et plébiscité un fils du pays, trapu au parler clair, devenu porte parole du nouveau président élu de la République française. Vermandois.Com constate, non sans satisfaction, cette évolution qui claque le bec aux idéologies et aux jeux stérils des politiques sur ring de boxe: gauche, droite, KO, reprise, droite, gauche, KO suivi d'invectives , etc... L'Europe avait retrouvé une position centrale .L'économie avait reparlé du travail. La fuite des capitaux et des cerveaux devait être colmatée. Bien sûr, le scepticisme quant à la réussite du nouveau gouvernement pouvait continuer à tourmenter les esprits mais quand une large majorité se retrouvait sur des objectifs précis, est-il possible de douter encore ? Le Vermandois n'avait trouvé qu'en lui même son inspiration et son choix . Loué soit-il puisqu'il rejoint l'aspiration d'une nation entière et qu'il accepte par avance une participation active à un puissant mouvement de réforme et de justice.







Chroniques
Décembre 2006

Sous le signe des lumières !

Chaque année, à l'approche du solstice d'hiver et des fêtes, est-il possible de ne pas s'émerveiller de la flamme d'une bougie, de ne pas trouver admirable la fée électricité et de ne pas pardonner à tous ceux qui enguirlandent leurs maisons de mille contours luminescents ? Même le Christ célébrait Hanoukka et le prophète Mahomet mettait la lumière en premier lieu pour signifier la présence de Dieu à nos côtés. La lumière pourtant n'est ni force, ni propriété, ni richesse, ni savoir. Elle se révèle surtout dans les coins les plus sombres et dans les regards. Sur notre terre du Vermandois, l'année 2006 n'aura été qu'une étape supplémentaire de grandes difficultés : environnement dégradée, emplois perdus et croissance de l'ignorance et de la désespérance. Brosser le tableau en détail serait amer et douloureux. Pourtant, l'élection d'une Miss et la perspective d'élections réchauffaient les esprits et un rai de lumière traversait la serrure . La volonté de certains aussi de reformuler la Constitution Européenne éclairait aussi la voie. Allons, en politique, le désespoir est bien une sottise absolue. Meilleurs voeux de bonheur à chacun . C'est pas cher et cela fait effectivement du bien, autant que le spectacle de la flamme de la bougie miroitant dans la pupille d'enfants.



Mai 2006

Clair-obscur !
Le gouvernement de la France et son président s'éteignaient ensemble sous le boisseau d'une sinistre affaire engagée depuis longtemps et qui aurait du rester au rayon des secrets de famille. La seule chose qui pouvait scandaliser était bien que là comme dans les finances officielles, pas un sou, pas un cent de dollar, pas un liard n'était allé dans le Vermandois ou dans la poche de ses habitants . Les bénéficiaires des rétros , terme pourtant fort courant dans tous les commerces , s'ils étaient honnêtes, devraient dire spontanément qui a bénéficié et qui n'a pas reçu la manne . La justice que tous les grands utilisaient déjà comme pare-feu ne servira de rien aux petits . L'obscurité demeurera ! C'est pourquoi, le Vermandois et ces habitants doivent ne doivent faire confiance d'abord qu' à eux-mêmes, comme des monténégrins. Mieux vaut l'indépendance avec 600 000 habitants que le mépris collectif des représentants de la nation !



Avril 2006

Le long hiver qui avait surpris les mémoires n'avait, en fin de compte, guère tempéré les ardeurs des mécontents et les obstinations butées de certains souvent affublés de particules . La France allait devoir continuer à vivre longtemps le psychodrame des tribus gauloises incapables de s'entendre, incapables de se fédérer et victimes impénitentes du péché d'orgueil. Le Vermandois doit-il se réjouir de cette situation délétère qui fragilise le pouvoir central ? Bien des faits récents ne permettaient pas de le croire !
Les communes , la région, les départements, les multiples services de la préfecture qui sont autant de chapelles avec des chefs de service irresponsables, constituent toujours des murailles d'opposition à l'expression d'une volonté commune . L'Europe toute entière commençait à ce lasser d'un pays aux richesses indiscutables qui laissait filer ses comptes, truquait chaque jour ses déclarations comptables et financières et, en fin de compte, ne savait que piper les dés. Beaucoup de livres venaient de sortir qui égrenaient des constats d'une nation en déclin . A cette bibliothèque, Vermandois.Com n'apportera pas son ouvrage. Le désespoir est une sottise absolue ! Dans le flot des chiffres ne pouvait-on pas ne pas apercevoir que la Picardie venait de reprendre quelques places dans son classement des provinces françaises ? C'était peu mais l'espérance est un processus où les premiers pas comptent plus . Ne donnent-ils pas la direction ?



Mars 2006

CPE, Précarité et Eternité .

Le Vermandois , au travers des étranges lucarnes, voit Paris en trouble et des Universités transformées en chaudrons brûlants . Pourtant quelle région de France n'aurait-elle pas plus le droit de s'exprimer que lui ? La démocratie de la République Française depuis longtemps ne le permet pas. Le découpage de la République a vidé la région et sa population de ses repères . Les universités ont été placées chez les grands pourvoyeurs de fonctionnaires et d'esclaves . Les subventions sont données aux régions du midi pour permettre des déplacements de fin de semaine aux grands de l'administration centrale. Tout se combinant, le Vermandois n'existe plus que comme une tache de sous-emploi et un abonné absent . Même sa jeunesse n'a guère les convictions d'une utilité du combat . Le spectacle du délitement de notre nation ne peut cependant complètement nous plonger dans l'abattement . Ce qui ce passe ailleurs a de profondes résonances ici . Il est malheureusement à craindre que le silence ne servant que les tyrans, l'absence du Vermandois sur la place publique ne contribue qu'à le réduire encore et encore . Ceux qui braient, meuglent, hennissent devant des CRS en casques hermétiques et avec des intelligences bétonnées jouent un jeu stérile et stupide mais grâce aux médias grimpent vite au hit parade. Ceux qui ne sont nulle part ne mérite pas même une ligne et une pensée. Les manifestants ignorants des écoles et universités qui ne savent rien du chômage et de la précarité, prennent la parole pour vociférer, déblatérer, faire du bruit et souffler du vent.. A ceux qui rétorqueraient que ce sont des freluquets gâtés , l'opinion publique rectifierait vite : ce sont des jeunes qui expriment le malaise même qui est celui de toute notre société . Ce droit d'exprimer une vérité avec de mauvais moyens et des intentions perverses l'emportera toujours sur l'apathie des gens résignés qui sont les complices tacites des tyrans, même si ce ne sont que des victimes impuissantes. Sans appeler à la Révolution, le Vermandois doit dire qu'il existe des solidarités historiques, géographiques et humaines qui sont des piliers solides, des preuves d'éternité et de victoire permanente contre les précarités et l'abaissement .




Février 2006

Lecteur, pour défendre l'environnement !


Les annales du Vermandois présentent un blanc de plusieurs mois comme si la plume était restée figée par le froid dans l'encrier ou comme si le Webmaster avait été bâillonné par des forces des ombres . Notre petite chronique, dusse-t-elle en souffrir, était en effet devenue un peu secondaire par rapport à une machination contre l'héritage ancestral de nos pères celtes . L'affaire ayant obligé le Webmaster à saisir le Tribunal Administratif d'Amiens , lequel mettra sans doute quelque temps à statuer , il est difficile de trahir le secret d'une affaire qui reste à juger . Cependant, le combat méritait bien la mobilisation ! Malheureusement pour tous les enfants du Vermandois, preuve est une fois de plus faite que les principes républicains sont des billevesées pour certaines personnes qui se croient au dessus de lois, au dessus du respect pour les choses, au dessus du respect pour les anciens. Un chapitre reste donc à écrire sur les développements de cette affaire personnelle qui pourtant nous concerne tous. Les épisodes de cette affaire ont plus que jamais conduit votre modeste serviteur à se mettre au service des plus petits des habitants du Vermandois car il s'agit surtout d'un devoir de solidarité collective . Lecteur, si tu viens à connaître d'une atteinte présente ou éventuelle à l'environnement ou au cadre de vie , n'aies pas de crainte à m'exposer le cas ! Solidaire par les racines, sois assuré de mon engagement pour t'aider dans ta défense contre les prédateurs de notre environnement !




Septembre 2005
Entre Mammon et Sainte Claire


La géographie du Vermandois étalait des espaces ouverts, vastes et riches en faune et flore. Le ciel n'imposait pas des étés trop chauds, ni des hivers de bise et gelées cinglantes . Les humains par contrepoint qui peuplaient les lieux ne semblaient pas du même moule. Peu d'ouverture d'esprit et des comportements d'excès et de fureur. L'appât du gain était bien la source de toutes folies . Travesti en modernisme, usage du portable, volonté managériale, impression de puissance par appartenance au club, l'homme était toujours le fou que Diogène raillait . Le sage pouvait trouver dérisoire toutes ces constructions d'habitation au milieu de nulle part, dans un pays de chômage latent , le monstre était pourtant bien là , indéfinissable et puissant , rogue comme la bêtise, méchant comme la teigne et s'appuyant sur l'envie de nuire du plus grand nombre. Notre administration qui avait lâché la bride à ses affidés allait vite devoir remettre le collet et la chaîne. Personne encore ne voyait que des terres trop chères, des crédits très longs, allaient prolétariser les nouveaux riches et en faire des opposants . Les élections prochaines seront intéressantes ! Pourtant dans ce monde difficile où le pétrole aussi chauffait les esprits, une colombe passa. Par une grâce divine, le pays voyait revenir une communauté de saintes femmes pour prier pour nous à Vermand même, sous les frondaisons que connurent déjà les premiers chrétiens . L'arrivée d'un monastère bouddhique , voire d'une école coranique où d'un salle de prière juive , eut tout autant contenter notre terroir car nul pays ne peut s'élever sans des foyers dont c'est l'ambition. Il en va ainsi de toutes communautés que le jeu des intérêts exacerbe et rarement unifie , divise et peine à rassembler . La communauté de Clarisses de Vermand n'a pas besoin de notre bénédiction mais nous voulons témoigner quand même de notre joie de les voir à nos côtés face aux défilés du temps pour témoigner de valeurs éternelles et , en silence, rappeler que l'argent et le toujours plus n'ont de sens que dans le mépris qu'on leur doit .




L'abbé Dehon, retour devant l'avocat du diable
22 Juin 2005


Il était quasiment inimaginable que la crise européenne et la mort d'un pape eussent pour résultat de renvoyer un futur béatifiable devant un juge d'instruction , l'avocat du diable et toute une procédure mystérieuse. L'abbé Dehon qui avait oeuvré pour l'évangélisation de nos campagnes, avec la sereine certitude qu'un langage de solidarité chrétienne pouvait fonder une société de justes et de paix, se trouvait pourtant engagé dans ce singulier cul-de-sac. On peut parler de revers de fortune pour tous ceux qui espèrent les biens terrestres. Pour les candidats à l'immortalité des immortels de notre académie françoise, il est parlé d'un rejet de candidature . Comment un bienheureux pouvait-il être recalé ? L'explication avancée était que notre société comme celle du XIXème est jonchée de cactus éternels sur lesquels il est très difficile de ne pas se prononcer . Le grief ressortait donc que notre abbé aurait dit des choses pas bien. dans un temps où tout le monde parlait comme ça ! L'individu pouvait-il se voir refusé l'accès au paradis pour prise de position conformiste ? La chose surprenait et surprenait encore plus quand toutes les preuves étaient données que la hiérarchie de l'Eglise s'exprimait, en ces temps, en des termes identiques. Le Vermandois heureusement n'était pas à la quête de saints qui sont foison sur son sol mais s'interrogeait quand même : les protestants, qui ont été nombreux chez nous, en écartant le bien fondé des questions de béatification et de sainteté n'avaient-ils pas raison ? Passe encore de pécher par omission mais pêcher par obéissance à la pensée commune voire à la pensée correcte , est-ce une faute personnelle ou collective ? La demande de pardon du Saint Père de l'Eglise envers la communauté Israëlique n'avait-elle aucune portée ? Prions donc frères pour ce bienheureux non reconnu et pour nos fautes puisque c'est bien à cause de nous que son procès est à refaire !




7 Juin 2005


Le plus dur dans toute guerre est bien le retour à la paix. Ce référendum meurtrier en confirmait l'adage. Tel sénateur osait dire que les élus qui n'étaient pas à l'écoute du peuple devaient partir. D'autres collaient maintenant des affiches de démission . Le parti socialiste se pourfendait. Des propos d'amertume sifflaient à droite comme à gauche et l'Europe pleurait, le coeur brisé devant ses enfants en proie à la rage aveuglante. Il y aurait, à coup sûr, encore beaucoup de larmes de désenchantement. On pouvait craindre le pire et pourtant force était de reconnaître que les électeurs par un non massif , net au plan géographique, avaient intégré le passé, le présent et l'avenir . De tous les côtés, rien n'a été apporté qui mérite de reconnaissance de la population . Les pierres, les lois, les institutions et les gouvernants sensés prononcer les règles futures : tous vous êtes éconduits. Les replâtrages vont vite s'accumuler sur le dos de la bête de somme et le citoyen sera sans doute, une fois de plus, enfoncé plus profond dans la désespérance. La classe politique aura toujours beau jeu de dire que la faute en revient aux autres . L'emploi sert déjà d'alibi à de nombreuses mesurettes qui n'apporteront rien. Les rois qui ont fait la France savaient bien que les villes et les pays veulent des libertés et que celles-ci sont la base du consensus populaire. Car qui dit liberté, dit surtout contrôle démocratique . C'est ce qui manque le plus dans notre république décadente . Le peuple sait bien que ce contrôle, il peut l'obtenir par la force. Pour redonner vigueur à nos régions, le remède est donc simple : réunissez les tissus naturels, redonner des libertés à la base et le contrôle démocratique . En termes moins éthérés, supprimez les statuts spécifiques de la fonction publique. Que la liberté de travailler commence par la suppression de la cloison privé, public. Que toutes les fonctions soit jugées à l'aune de l'usager. La constitution de la République prévoyait que les fonctions publiques n'excédent pas 12 ans sans passer par le mandat électif . Revenons à cette règle simple et tout rentrera dans l'ordre ! Que notre devise nationale : liberté et égalité repose sur du concret . Tout le reste est manigance et cafouillage !


1 Juin 2005


Avec 67% de Non et une participation record, le Vermandois a quelque chose à dire !
Les Français honnêtes savent bien que ce vote comme d'autres ne servira à rien parce qu'une fois de plus la question était à côté du sujet et l'objet à côté de la réponse. Pourtant, les plus fins exégètes s'entendront pour dire que la population en a, en bref, ras-le-bol. Vermandois.com, dans cette tonalité, se retrouve entièrement mais diffère un peu des analyses journalistes de nos penseurs attitrés. Le court terme, le mécontentement devant une situation économique difficile, ne constitue pas le fond de la mer des sargasses, il n'en est que l'écume. Nos citoyens savent bien que le fond de nos institutions et ses représentants cachent et mentent: ne dévoilent pas les abysses budgétaires, laissent les requins pénétrer à l'envi nos terres , préfèrent la démagogie à la justice et ne respectent pas les morts et les codes de l'honneur. Le mal est profond et il ne faut guère s'étonner que le les élus du Conseil Général dépensent les sous du contribuable pour dire que tout va bien.. Ceux ci diront aussi dans leurs discours : non, c'est l'Europe et le monde qui vont mal, pas nous !
16 Mai 2005


Le Vermandois : bassin d'emplois fragiles
Après un énorme travail de conceptions, réflexions et études, notre ministricule de l'Economie vient d'arrêter le nombre des " bassins d'emplois fragiles " qui seront "aidées par des réductions de taxe professionnelle de 1000€ par salarié et par an ".

Vermandois.com devrait se réjouir de trouver dans ces bassins élus : Chauny-Tergnier, Péronne, Saint Quentin et Fresnoy, mais la vérité est beaucoup plus amère et contredit la béate affirmation du Président du Conseil Général de l'Aisne pour qui L'Aisne était le pays du bonheur total. L'aide du Gouvernement est, en effet, réservée aux bassins ayant des taux de chômage supérieurs de deux points à la moyenne nationale et dont le taux d'emploi salarié industriel dépasse 10 %. Notre situation est donc bien celle d'un pays de prolétaires condamnés au chômage qui paient pour les privilégiés chômeurs ou non de zones de travail moins pénible. La solidarité qui venait d'échouer par décret dans le cadre de la journée travaillée tentait donc là un autre subterfuge : réglementer la misère en accordant une faveur au condamné. Les vieilles méthodes surtout se montraient en plein jour : diviser l'énorme problème en confettis , réduire l'apparence de la charge mais sans donner de comptes aux citoyens, ne pas remettre en cause une taxe dont tout démontre la nocivité pour tous, partout.
Redonnez des libertés au Vermandois, Monsieur le Ministre de l'économie, vous serez rémunérés au centuple, alors que votre potion relève du remède de la saignée des médecins de cour.
Laissez les régions meurtries se renforcer par elles-mêmes, avec peu de moyens mais de vraies libertés !
Le modèle n'existe pas , direz vous ?
C'est vrai, il n'est pas enseigné aux fonctionnaires de l'Etat français et pourtant, fonctionne partout dans l'Univers !
12 Mai 2005


Devoirs de Mémoire
Les éditoriaux et surtout les chefs d'Etat des Etats-monstres entonnent tous, à l'envi, à la cantonade et a capella, l'antienne des devoirs de mémoire ! L'Algérie même, après l'URSS ressortant ses bannières de rouge sang, hausse la voix pour rappeler Setif, crime inexcusable contre l'humanité, exigeant compensation morale et financière. Que dire des Lettons, des Estoniens, Arméniens ?
Même les Iles Anglo-Normandes durent tirer le tapis de réception d'une Reine d'un pays qui n'avait pas su les protéger d'une occupation symbolique . Le devoir de mémoire tournait au déballage et aux empoignades de cour d'école : les griefs des rixes des années passées reprenaient vigueur et retrouvaient la une des thèmes d'actualité . C'était du lait et des dattes pour les journalistes, politiciens, éminences grises du prêt à penser et chacun en rajoutait une couche au devoir de mémoire, devenu aussi sacré que le palium sur les épaules d'un pape. Le Vermandois et ses habitants ressentaient, dans cet unanimisme, un vrai malaise : le devoir de mémoire n'a de sens que dans un cadre de vérité, de sincérité et par dessus tout de paix. Bien des arguments utilisés fleuraient la trahison historique caractérisée, hélas !. Bien des propos étaient des appels à la violence relevant d'un droit humain imprescriptible. Le plus grave , mais le fait est constant dans l'histoire du monde, était ce souci de glorifier les vainqueurs et d'aggraver les fautes des auteurs, spectateurs, résistants passifs et passants indifférents par devoir de mémoire ! Trahir l'histoire avec l'aide de l'alibi moral a toujours été la premier crime des nations . Dieu veuille que ce langage qui est celui de tous les aspirants au pouvoir tyrannique ne se répande pas trop longtemps ! Il a englouti le Vermandois , Il peut faire des ravages encore chez ceux qui, ignorant l'histoire, sont condamnés à la revivre !

21 Avril 2005


Benoît XVI
L'Eglise catholique qui à l'occasion d'évènements de la vie ne manque jamais d'exprimer un message vient de parler fort au Vermandois, à son histoire et à ses habitants :
par le prénom choisi pour le nouveau berger d'abord, puisque Bénoît est un saint dédié à l'Europe et un des saints pères de toutes ces abbayes qui florissaient sur nos terres,
par l'élection d'un religieux allemand, fils de ce peuple qui est venu ici avec une foi idéaliste dans la paix et y a causé destructions et morts , malgré lui
par le choix d'un fruit de la vraie culture, rompu aux langues latines et germaniques, formé aux philosophies et sciences de notre temps et n'ignorant rien de nos racines
Le Vermandois ne peut qu'accueillir avec joie ce choix.
A ceux qui reprochent à ce choix de faire peu de cas des églises jeunes et des aspirations de nombreux croyants, le Vermandois opposera aisément l'argument que le mot progrès fleurit surtout sur les ruines et les terres incultes et que la foi se doit tout autant d'aider les jeunes convertis qui espèrent que les anciens qui doutent . L'Occident , surtout sur notre petit périmètre, ressent cruellement le besoin d'un réarmement moral contre la peur de l'avenir, pour la bonne compréhension des fautes passées et un vrai cheminement vers la paix chez nous comme aux confins de l'univers. Le Vermandois est dans Rome et Rome est bien chez nous !



9 Avril 2005


La République en berne ! Jean Paul II se tait maintenant ! Les plus grands pourtant sont à leur tour pris d'aphasie, soit d'émotion, soit d'incompréhension : Poutine n'est pas venu aux funérailles romaines, la gauche française s'est bien gardée d'un petit mot de trop, Bush est venu montrer la mantille noire de son épouse . Le monde de la diplomatie s'empresse de jeter le voile sur des années d'indifférence totale sur la politique vaticane et sur le message d'un minuscule personnage qui ne figurera jamais dans les classements des plus grands , Français, Américains ou Allemands. Les millions de spectateurs ont cependant vu et cru en lui et le fait qu'il soit mort ne changera que peu le sentiment de délaissement que les gens ressentent vis à vis des Rois et Républiques, ploutocraties ou oligarchies et tyrannies de touts sortes qui mettent le monde en coupes réglées . A voir les grands tyranneaux de notre planète, malgré les salamaleks et gentils sourires aimables , voire des accolades, le citoyen du monde comprend d'où vient la vanité et la nuisance : les chefs d'Etats sont des antipathiques à la tête de monstres froids toujours en quête de malfaisance pour briller . Les religions ont encore de belles années devant elles , car même extrémistes , elles croient que la puissance humaine et la force des associations échoueront toujours devant une force supérieure qui peut les anéantir toutes. Les Etats eux s'enferment dans la conviction d'une suprématie fondamentale et le droit du premier occupant. Que la République ait, même à son corps défendant, mis ses drapeaux en bas des hampes réconforte tous ceux qui pensent que ni Hitler, ni Staline n'auraient accepter d'abaisser leurs bannières de mort. Le jugement que chacun porte sur la crédibilité des grands qui s'agenouillent est affaire de foi individuelle, mais quand le peuple crie face au parterre des grands : "Santo subito " , le message est clair : si seulement ces grands pouvaient un instant faire repentance et écouter !
Avril 2005



France , rappelle toi les promesses de ton baptême !
Jean Paul II va bientôt se taire , lui qui souffre tant de ne pouvoir s'exprimer maintenant qu'avec les yeux et les gestes.
Chacun vit ses instants dans un sentiment de réelle gravité et de compassion. Dieu a mis sur terre un porte parole choisi parmi les nôtres pour poursuivre son message divin d'amour et d'alliance. Il est normal que chacun soit bouleversé par cette césure et le fait qu'elle soit voulue par la nature ne nous la rend pas plus commode ni conciliable. La mort nous fait craindre la fin et le néant. Le croyant portant doit croire que le Vermandois, comme la France, comme sa dévotion à la chrétienté, vivront par la volonté des vivants autant que par les pensées des morts . Notre pape qui est allé à la rencontre de tant de gens de notre humanité, n'est pas venu, que je sache, en Vermandois et pourtant à Reims son message résonnera longtemps. Le rappel direct aux Français des engagements du premier roi de notre histoire s'adresse à nous comme une formidable ouverture sur une mission unique et spécifique. Elle nous donne des voies d'actions et de dévotion pour longtemps encore. Merci Jean Paul.
Mars 2005



Oui ou Non à l'Europe !
Tout ce que le monde médiatique compte de héraut avec micro et effets d'ampli se multiplie en positions divergentes. L'Europe n'est qu'une baudruche dans laquelle il faut taper pour faire aboutir pour les uns, le mariage homo, pour d'autres, plus de pesettes, ou plus d'emploi dans la fonction publique. Certains prédisent même les pires choses à une communauté d'inégaux, de races, cultures et langues. Déjà que je ne supporte pas mon voisins de palier , ne me demandez pas mon avis sur la cohabitation des manouches de Slovaquie avec les esquimaux de Finlande et les corses .
Ca ne marchera jamais !
Le débat à mille voix rendait plus éloquent encore le silence du Vermandois !
Que dirait notre terre et ceux qui reposent dans son sol ?
De grâce,
construisez la paix !
Pensez aux torts que causent vos polémiques, vos rodomontades électorales, vos égoïsmes de nantis !
Replacez les vraies sagesses à leurs places: Jeanne d'Arc mettant l'habit d'homme, Clovis demandant le baptême, Henri IV quittant sa religion pour Paris, De Gaulle partant en exil !
Il ne se fera rien sans un dépassement de nos pensées et le rappel constant des souffrances endurées par nos parents et grands parents !
Février 2005



Fracture sociale, au secours M. Gaymard !
Avec la proclamation du taux de chômage à 10 % de la population active, personne, nulle part, dans notre pays ne pouvait guère faire le fier.
10 % en moyenne , sur quel sommet se juchait le Vermandois ? ,
d'autant que Flodor venait de licencier ses ouvriers.
Tout ceci , pour beaucoup de citoyens, n'était que les fruits de la déraison pure qui régnait depuis de nombreuses années : les folies américaines d'Exécutive Life, les 35 heures, les fonctionnaires inamovibles , l'éducation nationale au rabais, l'immigration corrosive, la liste serait longue .
Le fond du problème était pourtant toujours caché aux Français, car c'était bien notre démocratie qui était malade. Une région comme le Vermandois et tout ses habitants souffraient depuis longtemps mais toutes les mises en sourdines étaient placées pour que la blessée ne puisse crier, voire même gémir... Le système était en un tel degré de pourriture que à Paris, à une centaine de km, les hauts dignitaires du pays se plaignaient de leurs logements et se proclamaient pauvres comme job, alors que toute la population du Vermandois n'aurait jamais une once des faveurs scandaleuses dont ils se croyaient attributaires par droit de fonction et de collusion politique. L'homme était peut-être honnête et sympathique, mais jamais, je pense, il n'avait entendu parler du Vermandois ! S'il cherche un travail maintenant qu'il se fasse notre défenseur ! Nous lui pardonnerons toutes ses imprudences dues à une méconnaissance de la France profonde !.
Janvier 2005



Sur le bout du nez !
Le nouvel Airbus qui nargue les géants, défie les superlatifs et enthousiasme tous ses spectateurs, réjouit plusieurs sociétés européennes, pas mal de bassins d'emploi et surtout les enfants de l'Aquitaine et du Midi Toulousain. Pourtant, le Vermandois peut se réjouir aussi et témoigner sa fierté : le nez de l'engin vient de son périmètre proche. Grâce en soit rendue à Potez et aux premiers industriels de notre régions qui se sont intéressés à tout : le sucre, les textiles, le cinéma, l'aviation, les colorants. Le désert industriel actuel est, placé en contrepoint, évidemment préoccupant. Chacun sait bien que seul le tissu permet la greffe et que la jeune pousse a besoin d'un environnement protecteur. A l'origine de tout, il y a pourtant deux choses aussi essentielles qu'inexplicables : la volonté et le nez !. Qu'il soit donc permis de rappeler qu'il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre , ni de réussir pour persévérer !
Janvier 2005

Les Voeux de Vermandois.com.


Une année nouvelle ne peut qu'être chargée d'espérance et d'attente. La nature humaine est ainsi faite que, tournant les pages d'un livre, l'innocence et la naïveté commandent encore. On doit espérer donc et souhaiter à tous de connaître ce moment d'égarement délicieux qui fait croire en la visite des anges et en la vie même. La terre vient de rappeler que, plus encore que le bannissement du paradis, c'est le premier déluge qui balise le signe fondateur de l'alliance avec l'humanité. Ce qui compte n'est pas ce qui ensevelit mais bien ce qui sauve. La mort et les destructions donnent un sens au travail, au progrès et aux reconstructions. En tournant la page, le passé s'assume et l'avenir s'ouvre . Longue vie donc au Vermandois et à ses habitants.
Décembre 2004

Un Noël sans signe ostentatoire et des voeux de désespoir.


La vilaine tornade qui vient d'ôter toitures et cheminées sur nombre de nos bâtiments a fait immédiatement raviver le spectre du changement climatique et les annonces de l'apocalypse pour demain ou au plus tard après demain. Ce coup de vent prend le sens d'une claque et nourrit beaucoup de commentaires . Nous ajouterons le notre en souhaitant courage à chacun. Cette perturbation n'aurait que peu d'importance si elle rajoutait au trouble profond des esprits d'ici et d'ailleurs. La France allait mal. La Laïcité qui était un cheval de Troie des simplificateurs et des scientistes rendait comme obligatoire l'effacement de la liesse populaire devant l'arrivée du Sauveur de l'Humanité que les saints Quentin, Médard, Rémi avaient annoncé pour nous chez nous. L'autre forme conventionnelle de réjouissance était la tradition des voeux qui résonnait aussi singulièrement : l'année serait molle, le taux de chômage toujours invincible ferait l'objet d'un plan d'attaque dont le coût serait astronomique . Il était bien susurré ça et là que la liberté du travail ferait mieux que toutes ces alchimies aventurières et dangereuses mais le dogme socialiste régentait toujours aux côtés d'une laïcité stricte, d'une démocratie infantile et d'une administration accapareuse. Qu'espérer ? Les sondages ne parlaient même plus de morosité et le terme manquait pour qualifier des fêtes sans foi, sans Dieu et sans avenir. Etait-il d'ailleurs nécessaire de chercher ce mot ? . Nos colonnes quotidiennes surabondaient de meurtres, crimes, vols. Les cours d'écoles vivaient dans la peur . Nos journalistes avaient assez à faire . Pour le reste, il reviendra à chacun de trouver au fond de lui-même et de ses rapports familiaux et humains, le sens de la vraie vie ; celle où le désespoir est une sottise absolue, où la confiance en la bonté divine surmonte toutes les difficultés, où la foi peut être dite car chacun vit la sienne souverainement.
Décembre 2004

La leçon au grand turc.


Alors que l'Europe s'accommodait de confirmer son bon vouloir à une Turquie qui voulait adhérer au projet européen, la France faisait plus que renâcler , ruer dans les brancards et vitupérer contre ce peuple des confins ..... Diplomatiquement, le gouvernement déclara qu'il exigeait en préalable à l'ouverture des négociations la reconnaissance du génocide arménien . Des chefs de cabinet de nos ministres étaient certains de détenir, par là, la pilule empoisonnée sans antidote connu qui pouvait ne créer aucun tort, ni dommage, qu'elle réussisse ou échoue. C'était de la pâté pour l'opinion publique française maintenue dans son ignorance et ses préjugés . L'Etat turc, issu de la prise de pouvoir par Atatürk, n'a pas à s'accuser d'une génocide qu'il n'a pas commis. De plus le peuple turc n'a pas élu ceux qui ont opprimé. S'accuser dans ces conditions n'est guère possible d'autant que toutes les lois du pays d'aujourd'hui cherchent à empêcher ces sinistres événements. Et d'ailleurs, la parade est simple : que la France s'accuse du pillage de Constantinople par les chevaliers francs, qu'elle reconnaisse son rôle dans les crimes de la Saint Barthélémy, les exils des protestants puis des nobles à la Révolution. La reconnaissance par son Président de la part de la France dans la Shoah avait été bien balisée. Le crime avait été commis par une administration en conformité avec un gouvernement élu et reconnu par la communauté internationale. Tout le reste est exclu . Comme le sont toujours les obligations des peuples français et allemands à reconnaître le solde négatif des destructions de 14-18 : tous les manoirs du Vermandois, la forteresse de Ham, Coucy, toutes nos maisons et nos ateliers ! Je remercie par avance le gouvernement Turc d'exiger en contrepartie à la reconnaissance du fait arménien que l'Europe s'acquitte aussi des dettes morales et pécuniaires qu'elle doit à ses propres ressortissants!
Novembre 2004

L'Etat et son patrimoine .
Cette année finissante accélérait les subterfuges comptables de boutiquiers d'un Etat aux abois. Les engagements sur les retraites n'étaient déjà plus honorés et voilà que l'Etat vendait son or et ses monuments historiques. L'une et l'autre mesure n'était que pis-allers car l'or était déjà depuis longtemps gagé ou engagé et les monuments quasiment invendables sur un marché libre et économiquement équitable. Ce serait donc les collectivités territoriales qui seraient appelées à récupérer les casseroles. Ce tour de passe-passe s'avérait encore plus intéressant pour le pouvoir central que l'opposition s'était fait une gloriole d'accaparer le pouvoir dans les régions. Le Vermandois, pays déjà broyé, jamais relevé n'avait déjà plus rien à perdre dans ce tourbillon politique mais voyait réapparaître le scandale des réparations au plan national. Coucy Le Château, monument voisin splendide, unique en son genre, partageait la solidarité d'avoir été comme tout le Vermandois martyr de la guerre.
Comme tout le Vermandois, il souffrait aussi depuis neuf décennies de l'incurie et de la mauvaise foi de nos républiques et attendait toujours un bâtisseur . Toutes les pusillanimités s'étaient alignées pour ne jamais faire un pas, même un effort envers les populations d'ici. Et voilà que l'Etat français se défaussait carrément . Non seulement, il ne paierait rien mais il réclamait aux picards de payer les ruines , comme si le site n'était pas chez eux !
Une pitié pour tous les picards et un coup de poignard supplémentaire aux coeurs du Vermandois.
Cette faillite avait , à tout le moins l'avantage de dire son nom ! à condition , toutefois, que nos élus locaux, dépassant leur servilité aux états-majors parisiens osent dire la vérité !
Dans un rêve éveillé, on pouvait même s'imaginer la région osant la restauration du Donjon comme symbole de la paix en Europe par delà les mesquineries administratives et des questions de centimes alors que l'Europe rendra au centuple cette initiative !
La France dans sa déchéance menace d'entraîner la Picardie et le Vermandois . Plus que jamais, il faut oser la reconquête, les réhabilitations et la foi dans notre héritage !
Octobre 2004

Charles 1er de Habsbourg
Le pape des chrétiens qui, sans aucune arme de destruction massive, a abattu le mur de Berlin, fait tomber les gériatres tyrans du Kremlin et, sans aucun titre universitaire, a apaisé les tensions entre des religions soeurs qui se croient orphelines, va procéder à la béatification d'un empereur, mort, heureusement .
Déjà , tout ce que compte l'Europe d' intellectuels, historiens, penseurs se révolte et jette l'anathème !
C'était un falot, un faible ! Il aurait dû écraser son cousin, dire à Clemenceau ce qu'il pensait de lui, renier sa lointaine parente du nom de Marie Antoinette . Enfin, devait-il être fou pour ne pas abdiquer en disant que Dieu ne le permettait pas ?
Il avait régné sur le plus gros morceau de l'Europe en y tenant des peuples complètement disparates en paix et prospères . Avec l'exil, il connut la déchéance et les remords ; toute l'oeuvre de sa famille n'était plus que miettes et tous ses conseillers l'avaient trompés. L'église aussi ! Jusqu'au bout pourtant, il se reconnut fautif et implora le pardon ! L'église, par la béatification ,ne demande pas le pardon des chrétiens car le salut est d'essence divine. Le descendant de Saint Pierre qui lie sur la terre comme au ciel veut cette onction de réconciliation et de béatification. Les peuples du Vermandois qui comme d'autres ont tout perdu dans cette folie où la compassion pour les humbles n'avait pas de place ne peuvent comprendre la décision du Saint Père sans des sentiments de frustration. Espérons seulement que cet acte religieux solennel ouvre la porte d'une pacification authentique et fortifie la foi des européens en un avenir commun et solidaire !
Souhaitons aussi que ce signe ait le même caractère prophétique que tant de décisions prises par ce petit et frêle pape polonais.
Quant à Charles de Habsbourg, nous voulons bien révérer sa mémoire comme nous révérons celle de tous les morts et victimes de 14-18 !
.
Septembre 2004

Et si on reparlait de réparations ?.
La période estivale, fort pluvieuse, n'avait apporté que peu de nouvelles et la presse sortait seulement, en cette mi Septembre, d'une longue sécheresse rédactionnelle.
De minuscules entrefilets dans la presse nationale apparaissent maintenant aux pages des informations internationales qui éveillent particulièrement l'attention et dont la tonalité rappelle de nombreux titres de journaux, de violents débats, des aigreurs passées et beaucoup de ressentiments des familles de notre coin de France.
La Diète de la Pologne, parlement de ce pays d'Europe ne venait-elle pas de voter une résolution pour demander des réparations à l'Allemagne pour toutes ses destructions faites au cours de la seconde guerre mondiale ? Très habilement et avec une subtilité de diplomates aux lourds sabots, le parlement polonais plaçait dans ses attendus que des particuliers allemands, spoliés en Silésie et dans d'autres provinces auparavant allemandes avaient elles-même ouvert les hostilités en réclamant le retour de leurs propriétés à leurs propriétaires expulsés par le régime communiste.
Les familles du Vermandois assistent à un retour de l'histoire que l'amnésie publique contraint à revivre. Immédiatement, cette résurgence nous met aux lèvres une question : la guerre peut-elle reprendre entre ces deux pays ?
Cette éventualité qui n'a rien arrangé dans le passé et n'arrangera rien dans le cas présent n'est malheureusement pas à exclure car les ressentiments sont encore très forts et les fautes collectives irréparables . Le Vermandois ne le sait que trop et le Donjon de Coucy qui gît pour montrer aux générations futures la barbarie du peuple allemand est toujours à terre malgré les discours, le drapeau étoilé et les beaux bâtiments européens de Strasbourg et de Bruxelles. La Pologne et les particuliers allemands spoliées seraient bien indiqués de faire une action collective au nom de tous les peuples victimes des deux guerres mondiales et non de se croire seuls lésés et malheureux. Cette prise de conscience de la dimension du problème s'avère indispensable car elle peut seule éviter un retour à un engrenage de haine et à la résurrection du nationalisme étroit qui est le terreau des fascisme et militarisme. Pourtant, les faits sont têtus et l'humiliation faite au Vermandois comme aux autres parties martyrs de la France , comme le sentiment humain d'injustice des allemands chassés de Silésie, comme les revendications polonaises sont indiscutablement légitimes. Si certains crimes contre l'humanité sont imprescriptibles, pourquoi les dommages matériels subis par les humbles sans aucune raison le seraient -ils ?
Finalement, l'été 2004 aura quand même apporté quelque chose à la région. La Silésie, la Pologne étaient des terres proches et ses habitants nos voisins et amis ! Nous serions désolés de les voir se déchirer et prendre des chemins des exclusions
Septembre 2004

Quentin la Tour et le monde d'aujourd'hui.
Nos campagnes et nos cités retrouvant le bruissement des rentrées, le cliquetis des fusils de la proche campagne de chasse et le chant lancinant de la dépression économique avec son cortège de transhumance vers les pays moins fiscalisés, chacun ressentait le trouble d'un habit à ré endosser mal ajusté, inapte, protégeant peu et n'avertissant pas les passants sur le désarroi profond du Français retrouvant sa niche . Être aujourd'hui Français du Vermandois ne garantissait absolument plus rien et n'ouvrait aucune perspective sur l'avenir. Mieux valait militer dans les mouvements extrémistes, badigeonner les tombes, poser des pains de plastiques avec des détonateurs où s'enfuir dans les fumées du haschich. Même nos agriculteurs, pourtant gratifiés d'une bonne récolte par un Dieu généreux mais imprévoyant puisqu'il n'inspirait pas les commissions fixant les prix, ne savaient plus bien s'il fallait troquer la foi du paysan pour la haine de l'autre, la religion du partage pour le tout pour nous et de suite et rien pour tous les autres qui ne sont que des chiens ! Ce malaise n'affectait pas que nos concitoyens, l'humanité entière le vivait au fil des infos et des communiqués sur les meurtres et les prises d'otages faites au nom de la religion. La France et ses dirigeants menait certes une polique digne et humaine mais n'étions nous pas une nation minuscule, ridiculisée par les magnats souteneurs de la force primant le droit. Que penser et surtout que faire pour secouer cette torpeur paralysante ? Timidement, nos journaux évoquèrent quand même un certain Quentin La Tour, mort, il y a longtemps, peintre de son état et citoyen de chez nous. Dans quel monde vivait-il donc pour ne représenter que des visages apaisés, élégants et aimables dans des décors colorés et confortables ? Quelles valeurs l'animaient ? Quel Dieu servait-il ? Pourquoi ce parti-pris de gentillesse, d'ouverture et de confiance dans l'avenir ? Pourquoi ces sourires , cette magnificence de la personne humaine, une expression juste de la beauté, porte d'entrée discrète vers l'affirmation du bonheur ? A tous ceux qui doutent du monde et de l'avenir de l'humain sur terre, un pèlerinage religieux chez Quentin s'impose. Point n'est besoin de fatwa, de prix réduits ou d'injonction quelconque, seul compte ce sentiment commun d'admiration devant des oeuvres qui respirent de manière éclatante la paix, devant, derrière, sur les côtés, la paix , mère des arts comme des peuples et des individus. Allez, courrez voir cet honnête homme qui vous en dira plus long que tous les livres, sagas, périodiques et romans ! L'homme n'est pas un loup pour l'homme, il ne peut exclure sans s'exclure lui-même, le costume habille comme les religions et les vanités mais au dessus, seuls éclairent l'âme, la grâce, le doigt divin qui n'appartiennent à personne .
Juin 2004
Les Boues d'Achères.
Où les mains sales du Préfet serrent d'autres mains pas propres .
La réapparition du dossier des Boues d'Achères par la manifestation courageuse de Jeunes Agriculteurs devant la Préfecture de Laon vient de remettre en lumière la scandaleuse attitude des hautes instances de l'État français vis à vis des habitants de notre contrée. Dans quelle république sommes nous ?
Une loi a clairement imposé la règle du pollueur payeur et s'applique avec une extrême sévérité à tous les particuliers et les entreprises. Mais la politique n'est-elle, avec son argumentation de service public, la pire des hypocrites, menteuses et "salopes " ? .
Bien sûr, elle fera toujours en sorte de ne pas exécuter. Normal, puisque l'administration est là pour ça ! Mais qui pensera qu'un Préfet puisse décider seul de souiller la terre dont il a les propriétaires comme sujets ?
Ce serait mal connaître ce corps formé bien avant son entrée en fonction à la mâdrerie, la ruse, la protection rapprochée et à l'exercice permanent de l'instinct de survie.
C'est certainement ailleurs que le regard doit se porter et vers d'autres responsables non coupables qu'une tentative d'explication doit s'échafauder. Une aussi énorme merde ne tente nullement le Gouvernement de la France. Après tout, la Région Parisienne et ses élus régionaux n'ont là que matière pour leur propre travail....Nulle doute donc que les copains et les coquins du même bord des officines politiques régionales de Paris et de Picardie se sont passés le sel contre un peu de moutarde avec des prébendes pour les uns et les autres en remerciements. Que l'on bafoue la loi sur la protection de l'environnement, que l'on se foute des gens d'ici, qui s'en soucie au parti qui se voit revenu aux manettes centrales , qui chante déjà les louanges des mariages contre nature, qui veut une France encore plus malade et qui n'aime pas les agriculteurs, ni les protecteurs de la nature qui n'adhèrent pas aux idées des verts-roses ?
La vraie coalition est bien là . Monsieur le Préfet, vous pouvez exécuter puisque tel est notre bon plaisir ! Simplement, ne dites pas que l'ordre vient de nous !
Voilà comment une fois de plus, le Vermandois et les gens de l'Aisne seront humiliés, appauvris, exploités . S'agissant des boues d'Achères, le mot de salauds n'est pas trop fort.
Mai 2004

Hijacking au pays des betteraves !
Les attaques à mains armées figurent dans tous les organes de presse au hit parade des événements majeurs et des rubriques prioritaires. Il y a là des choux gras très vendeurs dont les journalistes sont friands car, à leur grand regret, ils sont encore trop rares. Les papiers qui relatent ces faits, fourmillent toujours de détail sur les arcanes de la psychologie, les équipements militaires, calibres, origines des lance-roquettes, minutage, couleurs des passe-montagne et sur tous les indices et cartes de visites laissés par les Lupin redresseurs de tort des temps nouveaux. Dans ce chapitre, le Vermandois, province ancienne qui détient un record des attaques avec ou sans prises d'otages , ce dont l'empereur d'Allemagne lui-même et une sainte : Jeanne d'arc peuvent témoigner, vient de se faire brillamment remarquer ces derniers jours par l'attaque de caisses pleines de sous la menace de binette et de bêche. Plus personne ne pensait ranger dans l'artillerie ces engins de jardinage ! Cruelle erreur, conséquence de décennies de relâchement et d'amnésie, ceux qui binent betteraves savent encore quel usage redoutable une main experte peut réaliser dans le décoltage des belles dames et la destruction de plantes accapareuses. L'engin a toujours une aura purificatrice et la bêche une destinée régénératrice. Les journalistes , promoteurs du penser correct et du pas-penser-plus-que-le-rapport-de-police, ne firent pas état de la dimension historique et messianique de cette forme de jacquerie . Pourquoi ici, comment et pourquoi ?. Alors que le Président du Conseil Général écrit que Victor Hugo aimait l'Aisne et que tout va, aujourd'hui, encore mieux qu'à l'époque où cet immortel écrivait ? Pourquoi aussi sortir ces outils qui sont la richesse de notre contrée pour en dévoyer l'usage ? Ne serait-il pas temps de rendre la terre aux serfs ?
Mai 2004
Energie, biocarburants et éoliennes.
Nul ne sait vraiment à quelle profondeur se trouve le pétrole du Vermandois mais il serait étroit de désespérer de l'absence de sources d'énergie sur notre terroir. Des millénaires durant, le pays a chauffé ses fours pour faire les aciers les plus durs et même les premiers carreaux de vitre, a tracté de lourds charrois, moulu ses grains et travaillé sa terre. L'avenir ne peut contredire complètement le passé : le bois reste là, régénérable et stockable en masse, le vent souffle abondamment alternativement du Sud à l'Est et du Nord à l'Ouest . Parmi les sources d'énergie de l'avenir, les biocarburants appellent particulièrement l'intérêt et suscitent encore une vive controverse. Leurs coûts de production ne permettraient pas de concurrencer les pétroles d'arabie ! Ce débat historiquement a déjà été celui de la betterave, des maïs, des colzas, voire de toutes les productions agricoles. Au départ aucune ne rivalisait avec la collecte des fruits de la nature et avec la chasse . Seule une volonté et une claire conscience de l'enjeu à terme justifient l'investissement . Cette volonté, il l'a faut, maintenant non pas en instaurant un plan contreignant sous l'égide des pouvoirs publics mais en libéralisant les normes, les charges et les freins administratifs . L'alambic qui a été banni de nos campagnes, retrouverait rapidement ses spécialistes et passionnés si tout un chacun pouvait remplir son propre réservoir automobile avec des essences de toutes variétés parfaitement aptes à faire tourner la machine à piston ou la turbine .. A un niveau plus industriel, les anciennes brasseries retrouveraient de l'ouvrage avec des litrages suffisant pour donner l'autonomie énérgétique. On peut réver aussi de grandes raffineries si l'on ne savait déjà que la course au gigantisme n'ouvrait que des portes à l'organisation de la pénurie. Pourquoi ne pas oser cette révolution que toute la planète attend impatiemment avec de très profondes raisons ?
Mai 2004
L'Europe élargie et le Vermandois.
Que penser, en effet d'un continent qui défile le tapis rouge pour des très lointains cousins de Chypre, au niveau de vie élevé, ou maltais que les frais de chauffage ne ruineront jamais ? . Les Guerres Mondiales sont certes aussi passées par là bas et le fond de la culture s'identifie à la nôtre. De là à stipendier ces arrivants, à leur ouvrir toutes nos portes et à les considérer comme des associés fiables, provoque un malaise. Beaucoup de régions européennes tirent largement la couverture à elles et la croissance tombe comme une manne sur des coins inattendus : l'Irlande, la Sardaigne, l'Estramadure et quelques zones de montagne ..Les parties centrales de l'Europe : le Brabant, le Vermandois, la Lorraine, La Ruhr, le Rheinland sont nettement moins avantagées et, confrontées au double défi de la réindustrialisation et du chomâge, n'ont que peu de sollicitude de la part des fonctionnaires de Bruxelles. L'idéologie prime toujours dans la politique et le lointain offre toujours moins de risque d'échec patent. Faut-il pour autant jeter le projet et cesser le processus d'élargissement ? La tradition franque nous affirme que non ! La richesse vient des hommes et de leurs paroles . La terre, les usines comme le haubert ou l'épée ne sont rien sans la consécration à l'oeuvre divine et le respect de la veuve et de l'orphelin ! Comprendre la destinée des régions européennes, c'est aussi donner bonne mesure à une dimension supérieure à l'humanisme . Les nations n'ont pas vocation à l'égalité, comme le chevalier franc n'a pas à adouber tous ses serviteurs. C'est dans le service, la foi, la volonté d'oeuvrer ensemble que l'Europe s'est faite et se construira . Telle est bien la dimension judéo chrétienne dont la référence manque dans la constitution européenne ! Sans cette noble dédicace, comment le Vermandois peut-il adhérer sans rancune, ni accrimonie et amertume à une Europe qui aimerait les filles frivoles et jeunes plus que ses soeurs laborieuses et martyrs ? L'humanisme est de raison, la foi et la tradition franque sont de coeur et d'esprit.
Avril 2004

Les élections régionales et européennes
Les écarts constatés lors des récentes élections entre un électorat qui se choisit un Président de la République énarque et proclamé de droite, qui amène à la chambre une majorité de bourgeois non fonctionnaires , qui rappelle les vieux tocarts de gauche pour diriger les provinces et qui va sans doute aller à la pêche le jour des élections européennes constituent autant de certitudes d'une errance spirituelle et patriotique et d'un mécontentement généralisé. Sanctionner autant qu'il est possible et écarter les bons dirigeants systématiquement ne sont-ce pas les marques indélébiles de la méfiance dans les hommes et dans les institutions ?

La montée de communistes et socialistes aux élections régionales rappelle le " plutôt rouge que mort " qui justifiait l'existence des pays asservis derrière le mur de Berlin pendant un demi siècle . L'électorat en votant radicalement vers l'opposition a parfaitement exprimé que l'existence même des régions n'avait de sens qu'en opposition avec le pouvoir central . Nul doute que la majorité régionale aurait été à droite si Paris avait été de l'autre bord ! Ces basculements sont une constante dans notre histoire et le débat entre Girondins et Montagnards participe d'une maladie génétique de la République . A ce constat, il faut bien oser avancer que c'est la destruction des régions naturelles plutôt que du pays réel, cher à Maurras, qui en est la cause. Tout ce qui est hors de portée, tout ce qui dépasse le canton, n'est qu'un champ clos où le seul intérêt des électeurs consiste à assister au spectacle de combats féroces, dans une indifférence totale sauf le plaisir de voir les usurpateurs du pouvoir défaits rapidement et blessés profondément. Par contre, dès que la consultation s'organise sur un terreau naturel : un président pour tous les Etats Unis d'Amérique, le pouvoir législatif des cantons suisses, le conseil communal des communes, dès lors comme par enchantement les valses cessent. A ceux qui pensent que ces propos sont utopistes, tenons le pari que la désignation de représentants du Vermandois se ferait dans le calme et le sérieux, et que les élus ne se déchireront pas puisque l'électorat n'aura qu'un souci : celui de désigner des représentants d'une communauté unique, héritière d'un passé commun et soucieuse de résultats concrets.
Avril 2004

L' Europe et les petits pays.
Si M Sarkozy n'avait pas insisté pour la promotion d'un préfet au nom de la discrimination positive, cette expression serait restée aux oubliettes de la langue républicaine. Comment tolérer le favoritisme dans le pays de l'égalité, des concours administratifs et des promotions à l'ancienneté ? Le tollé soulevé par cette affaire contribua largement au départ de ce ministre des cultes vers des sujets plus prosaïques. La République a le culte de l'égalité , absolument pas celui de la discrimination fusse-t-elle positive!

Hélas, car l'Europe comme l'Amérique et d'autres continents, érige en quasi dogme la discrimination positive comme moteur du développement : les mesures d'incitation doivent cibler les défavorisés d'abord ! Petits états, secteurs sinistrés, pays destructurés....Le bon sens sait parfaitement que les meilleurs résultats s'obtiennent avec ceux qui ajoutent à leurs qualités propres, une volonté dédoublée par la longue privation. La discrimination positive n'est pas un dogme anti républicain, c'est l'acte fondateur du développement , la condition même du progrés. Que les égalitaristes me maudissent mais il faut bien leur dire que l'égalité n'existe que dans les extrêmes. Or si personne ne veut connaître la pauvreté monacale ou le dénuement absolu , personne ne tient à vivre non plus en obèse repu, jouisseur sans espoir et sans lendemain. L'acte fondamental du développement sera toujours la mise et le risque. Espérons seulement que dans le nouvel espace européen, le Vermandois ait un porte parole pour faire valoir les bénéfices d'une aide au développement de notre région? Le parlement futur de l'Europe sera certainement meilleur sponsor, comme on dit aujourd'hui, d'un Vermandois renaissant que ne le sera jamais la République Française pour qui rien n'a de valeur puisque toutes les choses doivent être égales avec ou sans ailleurs !.Et comment penser que des fonctionnaires puissent mettre en oeuvre de la discrimination positive ? Rien n'est plus contraire à leur façon de faire, sans compter que pour eux la seule discrimination positive qui vaille est leur avancement personnel, fondement d'un népotisme et d' une confication des pouvoirs. Il est donc bien regrettable que la France, par des politiciens divisés et peu considérés, par des institutions sclérosées et des fonctionnaires , agents de l'égalité entre eux mais au détriment des autres, ne soit pas pour le Vermandois une mère véritable. L'Europe malgré le poids de son fonctionnarisme a au moins le mérite d'inscrire la discrimination positive dans son action et de placer le développement au zénith de ses ambitions. La France elle ne veut abolument pas de celà ! Aucun haut commis de l'Etat depuis Colbert ne saurait venir d'une classe paria. La caste ne l'admet pas et le Vermandois n'en fait pas partie ! Aucun espoir donc pour lui sous ces auspices d'abaissement et de misère.
Avril 2004

L' Eurotunnel sort du Tunnel .
Les grands Gérants de la Grande Entreprise multinationale avaient certainement oublié l'adage africain qui avance que le lion indomptable ne meurt jamais.... il dort. La lettre du Conseil d'administration de la Société Eurotunnel remercié pêchait surtout par là. Les "petits porteurs" sont par définition des partenaires dormant, ils savent bien que la vérité des chiffres ne transperce jamais le voile tendu devant la chambre du Conseil d'administration qui détient les clés du temple, mais ils n'aiment pas être insultés et sous l'affront retrouvent naturellement le goût du sang des lions mangeurs d'hommes. Le renvoi de l'équipe précédente qui à osé écrire qu'une révolte d'actionnaires était insignifiante, donne la bonne mesure maintenant à des propos erronés. L'actionnaire, le petit, comme le petit citoyen du Vermandois ou d'ailleurs aura toujours le coup de tête de colère ou de révolte qui donnera le coup de grâce des accapareurs et mauvais gérants. La bible n'annoncait rien d'autre !
Avril 2004

L'Abbé Dehon, bientôt béatifié .
Que serait donc le monde sans cet Etat sans division et qui n'en cherche aucune qu'est la papauté ? Il ne poursuit qu'une mission d'évangélisation aux finalités inconnues et absolument contraires aux canons de la modernité . En annonçant la béatification prochaine de l'Abbé Dehon, le Vatican recourt une fois de plus à ce langage ésotérique : France, souviens-toi des promesses de ton baptême ! N'ayez pas peur ! Soyez le sel de la terre ! Alors qu'ici, dans son pays, tout ne vocifère que de laïcité, de droits à l'assurance sociale, aux subventions permanentes aux intermittents du travail et à la médecine gratuite, quelle peut bien être la valeur du message léguée par cet homme, déjà saint homme et que le chef de l'Eglise catholique va décrêter homme Saint ? La réponse se place dans le domaine de la foi et du mystère mais la question a-t-elle même un sens ? La qualité de l'homme peut-elle surmonter la temporalité ? L'abbé Dehon vivait dans un monde qui n'a laissé nulle trace et qui, bien mieux, a totalement disparu. Peut-on même croire à l'oeuvre d'un homme qui ne laisserait que peu de choses derrière lui sur une terre condamnée peu après à la destruction complète ?

Remercions l'envoyé du divin sur terre car l'homme du Vermandois d'aujourd'hui ne peut pas comprendre sans l'éclairage religieux. Pourtant le fait qu'enfin il soit parlé honorablement d'un fils du pays change complètement la donne. Tiens, le Vermandois aurait eu des Saints et même dans les temps modernes ! Jamais ni mon institutrice, ni même mon professeur d'histoire n'avaient parlé d'eux. Qui parlent vraiment de nous ? Qui s'adressent vraiment à nous ?